Kamsar (Boké): la SMB pointée du doigt sur la mort d’un jeune pêcheur

Les activités minières de plus en plus importantes des entreprises exerçant dans la préfecture de Boké impactent négativement la vie des communautés locales. Le consortium SMB-Winning qui évolue dans la zone de Katougouma est accusé par les citoyens de créer des dégâts importants aux activités des populations locales.

Selon des témoignages recueillis sur place par Guineematin.com, il y a un mois, deux jeunes pêcheurs qui étaient à bord d’un bateau de pêche, ont été écrasés par un cargo minéralier de la société. Le propriétaire de la barque, porté disparu, son corps a été retrouvé trois jours après dans un état piteux.

Au-delà des entreprises qui se sont installées pendant la première République, la région administrative de Boké a connu au cours des deux dernières décennies l’arrivée de plusieurs sociétés minières pour l’exploitation de la bauxite. Les plus récentes ont visiblement du mal à se faire de la place au sein des communautés à cause des différentes méthodes d’exploitation. C’est le cas, apprend-on, du consortium WINNING SMB qui a préféré utiliser la route et les espaces de pêche pour transporter la bauxite. Une pratique qui impact dangereusement les activités des petits pêcheurs.

Selon un responsable local des débarcadères, plus d’une cinquantaine de villages se trouvant dans les îles sont aujourd’hui affectés par l’utilisation du chenal qui mène aux ports minéraliers de Katougouma et de Dapilon. La cohabitation entre les cargos minéraliers et les barques de pêche aurait causé assez de dégâts sur les pêcheurs, allant de la cassure des embarcations de pêche à la perte en vies humaines des occupants.

« Aujourd’hui, la population souffre de la présence dans nos eaux des cargos de WINNING SMB. Il y a plus de cinquante villages dans les îles de Kanfarandé qui s’alimentent à travers les débarcadères de Kamsar. Mais, ils ont peur d’utiliser la seule voie qui existe par crainte d’être heurtés par un cargo. Ils nous font assez de dégâts dont entre autres la perte de nos filets de pêche, la cassure de nos embarcations qui cause parfois des pertes en vies humaines, ils détruisent les champs se trouvant aux abords du chenal, etc. », a déclaré le coordinateur adjoint du Port Néné de Kamsar, monsieur Aboubacar Khôtô Camara.

Les plaintes sont énormes et l’Agence de Navigation Maritime (ANAM), ainsi que le coordinateur régional des débarcadères de Boké, n’arrivent pas à résoudre les problèmes face à l’entreprise (WINNING SMB) qui se montre toujours plus forte, grâce à la protection qu’elle bénéficie de certains dignitaire du régime Alpha Condé.

« Je reçois chaque jour des plaintes venant des victimes de ses bateaux minéraliers. A mon tour, j’ai saisi aussi par plainte l’ANAM qui a saisi à son tour la société. On a aussi un coordinateur régional des débarcadères de Boké qui travaille avec nous pour régler nos problèmes ; mais, il n’est pas épaulé. Donc, il faut que l’Etat nous viennent en aide », a ajouté monsieur Aboubacar Khôtô Camara.

corps du défunt Ali Camara
corps du défunt Ali Camara

D’après certains témoignages recueillis dans les débarcadères par un reporter de Guineematin.com, deux jeunes ont été touchés le mois passé par un cargo minéralier de l’entreprise WINNING SMB. L’un d’entre eux a été porté disparu et son corps a été retrouvé au troisième jour. Il a été finalement enterré au cimetière des naufragés au port Fori de Kamsar Cité devant les autorités locales. Le défunt, Ali Camara, originaire de Koba, dans la préfecture de Boffa, était marié et père de trois enfants.

Lamine Bangoura

Un membre de l’équipe de sauvetage explique ici comment le corps d’Ali Camara a été retrouvé; « vous savez, quand quelqu’un se noie on ne peut le retrouver qu’au troisième jour. Donc, après deux jours de recherche, c’est les pêcheurs avec les petites pirogues qui l’on retrouvé. Il avait des parties du corps broyé par le violent choc qu’il a eu au niveau du front, de la bouche et au ventre », a dit Lamine Bangoura.

La deuxième victime qui a eu plus de chance que le propriétaire de la barque a pu être sauvé par le bateau qui les a accrochés.

Interrogé par Guineematin.com sur les circonstances de l’accident, le rescapé a dit : « on avait quitté le port à 15 heures pour aller pécher sur le chenal. Je ne sais pas à quelle heure exactement on s’est retrouvé en face à un cargo de la société WINNING SMB. Mon ami était assis sur notre barque ; et, moi, j’étais à l’intérieur. Le bateau remorqueur nous a évités ; mais, la barque nous a marché dessus. Comme j’étais à l’intérieur, j’ai eu la chance de nager sous la barque pour m’accrocher au bateau. Pour sa part, mon ami a été brutalement touché et on l’a retrouvé mort deux jours après », a expliqué le rescapé, Aboubacar Soumah.

Aboubacar Soumah, rescapé

Aujourd’hui, monsieur Soumah peine encore à recommencer ses activités de pêche à cause des séquelles de ce naufrage. Des problèmes de santé persistent à son niveau malgré les soins d’urgence qu’il a reçus.
Au-delà de ce qui est arrivé à cette équipe, plusieurs cas de naufrages sont enregistrés constamment par les responsables des débarcadères sans que les raisons ne soient véritablement connues.

Enfin, aujourd’hui, les pêcheurs demandent à l’Etat d’agir le plus rapidement possible pour éviter des conséquences fâcheuses. Ils exhortent les autorités à mettre à la disposition des débarcadères de Kamsar un bateau de sauvetage pour limiter les risques de perte en vies humaines.

Nous y reviendrons !

De Kamsar (Boké), Mouctar Barry pour Guineematin.com

Tél. : 621 607 907

-Publicité-spot_img
-Publicité-spot_img

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS