Les gestes en direction des victimes de l’éboulement de la décharge de la Minière se poursuivent. C’est dans cette dynamique que l’APAC (Association des Professionnelles Africaines de la Communication) et l’Association des Femmes Journalistes de Guinée (AFJG) ont apporté de l’aide aux trois familles victimes du sinistre. Les deux organismes ont procédé à la remise de vivres et de produits divers ce mercredi 24 août 2017, a constaté sur place Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

C’est en présence des responsables du secteur et des représentants des familles que la remise des dons a eu lieu aux environs de 13 heures.

La présidente de l’APAC, Asmaou Barry a dit que c’est « une contribution volontaire des membres des deux organismes qui a permis d’obtenir les produits apportés aux victimes. C’est ensemble que nous avons décidé d’apporter les 4 sacs de riz, les kits d’hygiène, du savon Diama, de l’eau de Javel, du Chlore C, des habits pour soulager les sinistrés. Vous savez, il y a des maisons qui ont été envahies par des eaux usées et les gens ont tout perdu. Comme on est en pleine saison hivernale, avec cette montagne d’ordures effondrée, il faut que les riverains adoptent des mesures d’hygiène pour ne pas qu’l y ait le développement d’autres maladies notamment le choléra », a expliqué notre consœur.

Les bénéficiaires, par la voie de Môdi Alseny Diallo, ont exprimé leur satisfaction.

« Voir des femmes réunies pour venir nous assister à cet instant nous va droit au cœur, c’est Dieu qui va payer ce geste. On a compris que nous ne sommes pas seuls avec toute la solidarité qu’il y a eu envers nous. On ne peu dire que merci », a dit le porte-parole des trois familles.

Monsieur Fayi Sanoh, secrétaire administratif du quartier, au nom du chef du quartier de Dar-Es-Salam 2, a remercié les femmes journalistes. « Depuis que le drame s’est produit, ici ne désemplit pas. Nous avons reçu beaucoup d’assistance. Nous sommes satisfaits de la fraternité et de l’humanisme qui prévaut en ce moment à l’endroit de notre quartier ».

Monsieur Sanoh en a profité pour dire que, contrairement à ce que les gens pensent, les habitants de cette localité « n’ont pas trouvé le dépotoir ici. Ce dépotoir est venu en 1997 au temps du gouverneur Karifa Kourouma. On s’est battu à tous les niveaux, depuis le temps du régime de Conté jusqu’à maintenant. On a adressé des correspondances à tous les niveaux pour que ce dépotoir là soit déplacé. On ramasse des ordures même au Km 36 pour venir nous envahir ici. Donc, avec la venue même du président de la République ici, ils doivent se retrouver pour trouver des solutions viables afin de déplacer le dépotoir », a dit le responsable local.

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél.: 628 17 99 17

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin