Les préparatifs de la fête de Tabaski préoccupent les fidèles musulmans dans les différents marchés de Kindia. Les prix des habits et autres produits connaissent une hausse généralisée. Une situation qui inquiète la plupart des citoyens de la ville des agrumes, a constaté sur place le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture de Kindia.

Les vendeurs d’habits et de denrées alimentaires profitent de l’occasion pour augmenter le prix dans les marchés. A Kindia, cette hausse des prix fait la rareté des clients. M’mawa Bangoura, vendeuse de pagnes au marché Wambélén, explique les raisons de la hausse du prix par le comportement de ses fournisseurs : « à l’approche de cette fête, nos fournisseurs ont augmenté le prix des habits. On a l’habitude de vendre 2 pagnes à 80 milles francs guinéens.

Actuellement, on vend 2 pagnes à 85 milles francs guinéens. Avant, le ballot était à 5 millions 4 00 mille francs guinéens. Présentement, on prend avec nos fournisseurs à un montant de 5 millions 800 mille francs guinéens. Donc, nous sommes obligés d’augmenter. Malheureusement, il n’y a pas de clients aussi. Tous ceux qui viennent disent qu’il n’y a pas d’argent et que le prix est cher », a dit la vendeuse.

Le marchand Mamadou Baldé a confié à notre reporter que c’est juste le prix de l’oignon qui a connu une hausse sur le marché. « Auparavant, on vendait le sac d’oignons à 80 ou à 85 mille francs, mais actuellement, on vend le même sac à 180 mille voire à 185 mille francs guinéens », soutient-il.

Selon Ibrahim Barry, un acheteur rencontré au marché Habilaya, dans la commune urbaine de Kindia, les commerçants ont rendu les choses très chères. « Au marché, chacun fixe son prix à sa manière. On dirait qu’il n’y a pas des autorités qui surveillent comment les choses sont vendues. C’est du n’importe quoi », lance notre interlocuteur.

De Kindia, Mamadouba Sylla pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin