Comme annoncé précédemment sur Guineenamatin.com, Search For Common Ground (SFCG) est à pied d’œuvre en jouant sa partition pour des élections locales participatives, transparentes et pacifiques en Guinée. Pour y parvenir, SFCG avec l’appui du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), a procédé à la production d’une synergie des radios de Kankan et de Labé sur une campagne électorale apaisée et la procédure du vote, des campagnes de proximité d’éducation des électeurs (sessions d’échange) et des tournées de théâtres participatifs. Au terme des ces actions réalisées sur le terrain, certains intervenants ont exprimé leurs sentiments. Si le bilan est « globalement positif », les acteurs ont fait ressortir quelques faiblesses devant être corrigées à l’avenir pour une atteinte effective des objectifs.

De la synergie des radios

Les acteurs interrogés ont salué l’initiative consistant à donner la parole à tout le monde pour un échange fructueux destiné au plus grand nombre de citoyens possible.

Monsieur Talibé Barry, coordinateur de la synergie FM Guinée 2017, membre de l’URTELGUI (Union des Radiodiffusions et Télévisions Libres de Guinée) s’est réjoui de ce qui a été fait pour ces deux jours. « Les élus locaux, les citoyens, les autorités administratives ont appréhendé le sens de ces élections locales et ont leurs attentes. On l’a senti à travers les émissions interactives, les tables-rondes qui ont été animées durant ces deux jours », a expliqué monsieur Barry, basé à Labé.

Parlant des difficultés rencontrées, le coordinateur de la synergie FM Guinée 2017 a évoqué la lourdeur dans le décaissement des fonds alloués à la synergie. « Les reporters ne sont pas arrivés au moment souhaité sur leurs lieux d’affections, en zones rurales surtout. Donc, c’est une chose qu’il faut revoir à l’avenir », a dit Talibé Barry.

Pour Monsieur Boubacar Timbo Diallo, directeur de l’information de la radio GPP FM à Labé, la synergie est une bonne chose et contribue à l’éducation civique de nos compatriotes.

Cependant, monsieur Diallo estime qu’il y a eu quelques problèmes qui se sont posés, notamment en termes de logistique, qu’il faut revoir à l’avenir. « La logistique, elle n’existait pas. C’est une des difficultés parce qu’il n’y avait pas d’enregistreurs, il n’y avait pas de gilets. On a donné aux journalistes et techniciens des T-shirts. La rémunération était faible. Le déploiement des gens sur le terrain a connu même des retards. C’est hier mercredi matin, 30 août, que d’autres ont bougé pour leurs localités respectives. Il y a eu du retard dans le décaissement des montants alloués. Donc, ça, ce sont des choses qu’il faut revoir à l’avenir », a-t-il expliqué.

Du théâtre participatif et du dialogue (focus-groupe)

A ce niveau aussi, les comédiens se sont félicités de l’engouement populaire. Pour monsieur Pascal Tamba Koundouno, acteur-comédien à Kankan, « il y a eu une forte mobilisation à Kankan. Les gens étaient très intéressés par le travail des comédiens et le contenu du message véhiculé », soutient notre interlocuteur.

Par contre, monsieur Koundouno a confié à notre reporter que l’information n’a pas circulé comme cela se devait. Il fallait avertir le public cible à temps. Il faut informer à temps les chefs de quartiers, les présidents de districts, les chefs de secteurs. A l’avenir, il faut également tenir compte de la saison. Quand ça tombe sur l’hivernage, ce n’est pas toujours évident. Ensuite, le cachet des comédiens et leur hébergement doivent être revus. Donc, c’est des conditions qui doivent être améliorées », suggère Pascal Tamba Koundouno.

C’est le même son de cloche à Labé, en ce qui concerne le théâtre participatif. Monsieur Thierno Souleymane Diallo, du CECOJE (Centre d’Ecoute, de Conseil et d’Orientation des jeunes) de Labé a salué la mobilisation des citoyens.

Selon lui, il y a cependant des manquements qu’il va falloir combler pour une atteinte effective des objectifs. « Le nombre de prestations réalisé est très minime. Les activités devaient être élargies au niveau de beaucoup de quartiers, on n’a pas atteint la majorité de la population ; alors que partout où on est passé, les citoyens étaient très intéressés. Donc, il faut chercher à élargir », préconise-t-il.

En outre, Thierno Souleymane Diallo, du CECOJE de Labé avoue qu’ils sont certes des pairs-éducateurs, des volontaires toujours engagés à travailler avec Search For Common Ground. Mais, le partenaire doit chercher à revoir « le traitement surtout pour les déplacements. Il faut prendre en compte le transport, l’hébergement, la nourriture. Il faut revoir à la hausse », conseille le président du CECOJE.

De son côté, Mbemba Camara, du CECOJE (Centre d’Ecoute, de Conseil et d’Orientation des jeunes) de Siguiri estime que l’initiative de Search For Common Ground est très bonne chose.

« Ici, à Siguiri, les consciences commencent à changer en ce qui concerne la violence. Trois malfaiteurs ont été arrêtés récemment. Nous les pairs éducateurs sommes intervenus. Ils ont été envoyés au commissariat. Inimaginable il y a quelques temps. On espère que cet esprit va se perpétuer jusqu’aux élections locales », souhaite Mbemba Camara.

Mais, des petits problèmes sont à relever, dit monsieur Camara, notamment en ce qui concerne le partenariat entre Search et le CECOJE. « Je ne sais pas si dans les termes du contrat, s’il y a une rémunération ou pas. Les participants ont bénéficié de certains frais, notamment de communication. Mais, par rapport au travail exécuté, ce n’était pas ça. Avec Search, on travaille parce qu’on est des éducateurs, sinon…. Ils doivent revoir ça », estime Mbemba Camara, du CECOJE de Siguiri.

De ce qui précède, il apparaît clairement que les actions menées sur le terrain par Search For Commun Ground avec l’appui du PNUD (Programme des Nations Unies pour le Développement) pour des élections locales participatives, transparentes et pacifiques en Guinée ont eu des échos favorables. Les citoyens ont compris les enjeux des élections locales et sont désormais impatients à les voir se réaliser. Tous les intervenants sollicitent la pérennisation de telles actions et que les leçons soient tirées en vue de rectifier ce qui doit l’être pour une qualification des actions à venir.

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 628 17 99 17

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin