La fête de Tabaski, célébrée hier, vendredi 1er septembre 2017, n’a pas fait que des heureux. A cette occasion, cinq (5) cas d’accidents de la circulation, dont un mortel, ont été enregistrés sur toute l’étendue du territoire national, a appris Guineematin.com, du porte-parole de la police national.

Selon le commissaire divisionnaire Boubacar Kassé, il y a eu un total de cinq (5) cas d’accidents de la circulation, dont un mortel, qui ont été enregistrés par ses services. Même si, pour l’instant, les victimes n’ont pas été identifiées, le directeur régional de la police de Conakry explique que parmi les accidentés, un seul cas a été enregistré à Conakry, les quatre autres s’étant déroulés à l’intérieur du pays.

« À Conakry, nous n’avons enregistré qu’un seul cas d’accident, avec un blessé léger. C’est une moto contre un taxi qui était garé à Sonfonia, aux environs de 19 heures, en face de l’Université Général Lansana Conté. Au Kilomètre 36, dans la journée, c’est un cas mortel avec délit de fuite ! C’est un taximan qui a heurté un enfant de huit (8) ans, qui ne s’est pas arrêté. Malheureusement, l’enfant a trouvé la mort. À Labé, c’est un cas d’accident avec un blessé grave, une moto contre un piéton. Le piéton, c’est l’inspecteur principal de police qui traversait pour rejoindre son service qui a été fauché par cette moto. À Mamou, c’était aux environs de 22 heures, un cas d’accident avec des dégâts matériels importants : une voiture Renault 21 s’est heurtée à un camion. Et, à Siguiri, c’est un cas d’accident avec un blessé grave. Là aussi, c’est une moto contre une voiture ; et, c’est le propriétaire de la moto qui a été victime de cette blessure », a expliqué le porte-parole de la police nationale.

Par ailleurs, le commissaire Boubacar Kassé a dit que le même dispositif de sécurité sera en place dans le seul but de sécuriser et de maintenir l’ordre public. Aux usagers de la route, monsieur Kassé a invité à la vigilance sur la voie publique, à réduire la vitesse. « Comme nous l’avons dit, ce plan opérationnel de sécurisation reste maintenu. C’est avant, pendant et après la fête. Nous allons continuer à identifier et à sécuriser les lieux de réjouissance aujourd’hui encore, essayer d’interdire les doubles files, interdire les stationnements dans les grands carrefours, assister les personnes en détresse, interpeler les fauteurs de troubles, faire en sorte que les usagers puissent pratiquer les artères définis, mises à la disposition par zones de sécurité, tant à Conakry qu’à l’intérieur du pays », a-t-il martelé.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com 

Tel. (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin