Après un mort et plus de quarante blessés dont plusieurs par balles réelles, le danger est toujours à craindre dans la ville de Boké, au plongée dans une insécurité totale l’arrivée des agents de la sécurité avant hier nuit. La manifestation contre l’obscurité dans la vie qui se passait sans heurts est subitement devenue violente.

Désormais, les agents de la sécurité, massivement déployés à Boké, et les jeunes s’affrontent via des tirs à gaz lacrymogène et des jets de pierres. Souvent de la même génération, agents et manifestants s’insultent et insultent aussi les personnes qui cherchent à les départager. Mêmes les journalistes reporters ne sont pas épargnés…

Dépêché à Boké par sa rédaction, Salifou Lifo Cissé, du groupe Hadafo Médias a indiqué à Guineematin.com avoir été blessé au moment où il filmait le face à face entre manifestants et forces de l’ordre.  « Je viens de l’hôpital. Je suis blessé en bas du mollet de mon pie droit », a précisé le cadreur de la télévision privée « Espace Tv ».

Subitement, la très accueillante ville de Boké est devenue risquée et le pire est à craindre, si rien n’est fait pour ramener le calme…

A suivre sur Guineematin.com 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin