Le siège national du Parti de l’Unité et du Progrès (PUP), sis au quartier Cameroun, dans la commune de de Dixinn, à servi de cadre, ce samedi 16 septembre 2017, à une réunion élargie organisée par les femmes et les jeunes responsables du parti. Cette rencontre, tenue en lieu et place de l’assemblée générale hebdomadaire du parti, consistait à présenter les vœux de la fête de Tabaski à la direction nationale dudit parti et en même temps passer en revue sur les activités du parti en cours.

Au sortir de cette entrevue qui a duré trois heures d’horloge, le président du parti, Elhadj Fodé Bangoura, a accordé un entretien au reporter de Guineematin.com qui était sur place.

Elhadj Fodé Bangoura s’est exprimé non seulement sur l’objectif de la réunion, mais aussi sur biens d’autres sujets sociopolitiques. Lisez !

Guineematin.com : expliquez-nous l’objectif de cette rencontre qui s’est tenue en lieu et place de l’assemblée générale hebdomadaire du parti  

Elhadj Fodé Bangoura : La réunion d’aujourd’hui a été initiée par les femmes et les jeunes responsables du parti qui n’avaient pas eu l’occasion, au lendemain de la fête de Tabaski, de présenter leurs vœux à la direction nationale du parti. Donc, ils ont profité de cette réunion d’aujourd’hui pour l’exprimer et ensuite passer en revue nos différentes activités et leur poursuite. C’est ça l’objet de la rencontre d’aujourd’hui.

Guineematin.com : réellement qu’est-ce qui a été dit au cours de cette réunion ?

Elhadj Fodé Bangoura : Il a été dit réellement, de continuer à nous organiser, à nous structurer, à nous mobiliser, ici comme ailleurs. Et surtout d’être vigilant à l’intérieur, vigilant sur le plan national. On les a informés qu’il n’est pas évident comme on l’entend que les élections à la bases se tiennent cette année 2017, compte tenu de ce que la CENI a demandé, à savoir ses besoins et son chronogramme. Donc, il fallait qu’ils comprennent que chez nous, au niveau du PUP, que les élections aient lieu en 2017 ou pas, cela ne nous empêchera pas de nous organiser et de nous structurer.

Guineematin.com: justement, au niveau du PUP, où en est-t-on sur les préparatifs des élections locales ?

Elhadj Fodé Bangoura : Nous sommes là-dessus. Nous les préparons. Les détails de notre stratégie et de notre plan, malheureusement, nous ne sommes pas prêts à étaler sur la place publique. Nous sommes de l’opposition, nous l’exprimons en longueur de journée. Nous disons que puisque nous sommes de l’opposition, nous ne sommes pas de la mouvance. Donc, s’il y a des alliances à faire lors de ses élections nous les ferons qu’avec nos camarades de l’opposition mais pas avec le RPG de la mouvance.

Guineematin.com: l’opposition républicaine envisage des manifestations à partir du 20 septembre 2017. Quel est votre avis ?

Elhadj Fodé Bangoura : Moi, je ne donne pas d’avis sur cela. S’ils manifestent, ils ont les raisons pour manifester. Je n’ai pas d’avis à donner, nous prenons acte. Pour le moment, le PUP ne sort pas, il n’est pas encore dans la rue. Le jour où on le poussera dans la rue, il sortira. Mais pour le moment, il n’a pas commencé à sortir. Donc il ne se mobilise pas pour cela. Mais on n’empêchera pas les autres, on ne les critiquera pas, ils ont leurs raisons de sortir.

Guineematin.com : quelle est votre lecture par rapport aux manifestations de Boké ?

Elhadj Fodé Bangoura : je le regrette en tant que Guinéen. Quand il y a eu perte de vie humaine, quelque soit le nombre, c’est la Guinée qui perd. D’abord, c’est un citoyen guinéen qui est victime. Donc, je le regrette, mais c’est parce que les problèmes ne sont pas résolus. Un responsable est élu ou nommé pour régler les problèmes. Tant que ces problèmes récurrents ne sont pas résolus, les gens n’ont pas d’autres moyens de l’exprimer. Ils ont parlé, ils ont fini, ce n’est pas réglé, ils sont obligés de faire des choses dans la rue. Et la rue, le plus souvent, a des conséquences malheureuses. Il faut régler le problème des citoyens guinéens, on est élu pour ça.

Guineematin.com : avez-vous un message à lancer à l’endroit des citoyens guinéens ?

Elhadj Fodé Bangoura : L’unité, le patriotisme et la lutte contre l’exclusion. Je demande aux guinéens de répondre guinéens, c’est plus beau que de répondre Sousou, Malinké, Forestier, Peuhl. Tant que nous, nous exprimons à l’intérieur comme à l’extérieur par rapport à une communauté, par rapport à une région, à une structure… Soyons riches de notre diversité. Il ne faut pas qu’on soit malheureux parce qu’on a des diversités. Notre carte postale doit être un atout pour nous et non un handicap.

Entretien réalisé par Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 654 416 922/664 413 227

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin