Des jeunes en colères ont organisé ce mardi, 19 septembre 2017, une marche pacifique dans la commune urbaine de Gaoual pour protester contre le décès de madame Fanta Camara, âgée de 32 ans, qui a succombé à ses douleurs suite à une césarienne qu’elle venait de subir pour une grossesse de 6 mois, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Selon une citoyenne de la Commune Urbaine de Gaoual, contactée par Guineematin.com, dans l’après-midi de ce mardi, la victime était venue en urgence à la maternité de l’hôpital préfectoral, dimanche 17 septembre 2017, aux environs de minuit.

« Malgré ses douleurs, l’équipe de garde ne s’est pas intéressée à elle. Et lundi matin, elle a trainée avec ses souffrances jusqu’après la fin de la réunion de direction. C’est seulement lorsqu’elle a commencé à saigner qu’elle a été envoyée au bloc opératoire où elle a laissé sa vie » explique notre source.

Contacté par Guineematin.com, un moniteur des droits de l’homme dans la préfecture de Gaoual, Alseyni Bandia a ajouté : « il semble qu’il n’y avait même pas de banque de sang à l’hôpital préfectoral. Sinon, la dame est venue d’elle-même à la maternité. Elle a été négligée par le corps médical.»

Épouse d’un maçon du nom de Keïta Abou, cette dame était à son 7ème geste à 32 ans déjà. Elle laisse donc à la postérité un veuf et six (6) enfants vivants, a indiqué au téléphone de Guineematin.com une animatrice de la société civile de Gaoual.

Les jeunes manifestants qui sont parti du marché central, ont été successivement reçus par le président de la Délégation spéciale, Daouda Diallo et le préfet de Gaoual, Souleymane Sow. Ils demandaient surtout le départ des jeunes médecins nouvellement mutés dans la préfecture, car ils sont accusés de donner la priorité à l’argent sur le sermon d’hypocrate.

Le préfet et le président de la Délégation spéciale ont promis de tout mettre en œuvre pour que les manifestants obtiennent gain de cause.

Pour sa part, le secrétaire général de la Section RPG Arc-en-ciel de Gaoual, Ibrahima Diallo, a vigoureusement condamné le comportement du personnel médical face à cette urgence.

« Ils devaient surseoir au staff (réunion de direction) du jour pour s’occuper de cette dame » a reconnu le représentant du parti présidentiel dans la préfecture de Gaoual.

Du côte de l’Union des Forces Démocratiques (UFDG), son secrétaire fédéral, Mamadou Toro Camara nous a donné rendez-vous demain pour d’amples informations.

Au moment où nous mettions cette dépêche en ligne, le calme était revenu dans la ville de Gaoual, selon les différentes sources contactées.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin