« Si monsieur Alpha Condé ne prend pas des dispositions pour respecter et faire respecter la constitution et les lois de la République ainsi que les accords, nous allons marcher pour demander son départ », menace Cellou Dalein Diallo.

Dans son discours, le chef de l’opposition guinéenne a tout d’abord félicité les forces de l’ordre qui ont encadré la manifestation sans incident. « J’exhorte les forces de l’ordre à être plus républicaines, à être soucieuses de la sécurité des participants à nos manifestations », a-t-il dit, avant de peindre au noir le régime du président Alpha Condé, en rappelant le nombre de victimes lors des manifestations à Conakry mais aussi les morts de Zogota en région forestière et ceux de Boké tout récemment. « Vous avez entendu parler de justice pour eux ? C’est devenu dans les mœurs, dans la tradition de ce régime de ne pas se soucier de la justice pour les citoyens », a ajouté le président de l’UFDG. C’est pourquoi il a demandé une minute de silence à la mémoire de toutes les victimes du régime d’Alpha Condé.

« Avec ce régime, on ne peut rien obtenir, même pas l’application des lois de la République sans qu’on ne manifeste. Les ivoiriens n’ont pas eu besoin de marcher et de manifester pour obtenir l’organisation à bonne date des élections législatives et locales, les sénégalais et les nigériens, la même chose. Les maliens, même dans une situation sécuritaire tendue, ils ont organisé les élections. Chez nous, pour obtenir les élections législatives, on a marché pendant trois ans », a dénoncé Cellou Dalein Diallo.

Par ailleurs, le chef de file de l’opposition guinéenne s’est demandé ce que les guinéens ont fait à Dieu pour mériter ce sort. « Qu’a-t-on fait à Dieu pour nous donner des dirigeants comme ça, qui n’ont aucun soucis de respecter la constitution alors qu’ils ont juré de la respecter et de la faire respecter ? Il faut que les guinéens marchent, qu’on les tue pour que ce texte fondamental soit respecté par le président de la République », a regretté l’opposant.

Selon le président de l’UFDG, les militants de l’opposition n’ont pas le choix, il faut qu’ils continuent à se mobiliser. « On ne peut pas laisser ce monsieur (Alpha Condé: NDLR) continuer à violer nos droits, notre loi fondamentale et les accords politiques », a-t-il crié, laissant entendre que nos dirigeants ne s’intéressent qu’à leur enrichissement. Cellou Dalein Diallo a d’ailleurs tenu à mettre en garde le chef de l’Etat : « Si monsieur Alpha Condé ne prend pas des dispositions pour respecter et faire respecter la constitution et les lois de la République, ainsi que les accords, nous allons marcher pour demander son départ », a lancé le chef de file de l’opposition guinéenne.

A son tour, Alhousseiny Makanéra Kaké, président du parti FND et ancien ministre de la Communication du professeur Alpha Condé a qualifié le régime de Conakry de champion en répression. « Sur le plan social, le régime d’Alpha Condé a été négatif parce qu’il a été champion en répression des manifestants et en tuerie. Aucun régime ne l’a fait. Par contre, il a une petite chance pour sortir par la grande porte en organisant les élections locales et législatives transparentes et passer le pouvoir à celui qui sera choisi en 2020, en respectant la Constitution », a-t-il dit.

A suivre !

Mamadou Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin