Comme annoncé par nos précédentes publications, le jeune Ismaël Bah, qui avait reçu deux balles à l’abdomen hier, à Hamdallaye, a rendu l’âme ce jeudi, 21 juillet 2017, au CHU Donka. Peu après l’annonce de cette mauvaise nouvelle, le chef de file de l’opposition guinéenne, Cellou Dalein Diallo, s’est rendu à Donka, accompagné de son épouse, Hadja Halimatou Dalein Diallo et des députés madame Bâ Mariam et Dr. Fodé Bokar Ammar Maréga, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui était sur les lieux.

Au sortir de l’hôpital, interrogé par les journalistes présents, le président de l’UFDG s’est dit très touché. « Je suis très triste de voir ce jeune Ismaël Bah, âgé de 18 ans, élève, arraché à notre affection et surtout à celle de sa famille. Je sais qu’il n’est pas le premier. Il y a eu avant lui 80 jeunes qui ont été tués par balles. Toutes ces victimes, personne n’a eu droit à la justice, personne n’a eu droit à des enquêtes menées à l’effet d’identifier les responsables », a-t-il dit, avant s’interroger sur le rôle du chef de l’Etat. « Pourquoi Alpha Condé, Président de la République, sensé être le Président de tous les guinéens, lorsque les militants de l’opposition sont tués comme ça, il refuse de diligenter toute enquête pour situer les responsabilités ? Est-ce que c’est parce qu’il y a de la haine contre ces victimes ? Est-ce que c’est parce qu’ils sont de l’UFDG ? Est-ce que c’est parce qu’ils appartiennent en général à une communauté qu’il considère comme étrangère ? Aujourd’hui, on se pose toutes les questions. Pourquoi le Président ne prend pas des dispositions lorsqu’il y a mort d’hommes par balles pour que des enquêtes soient menées et pour qu’on défère devant les tribunaux les responsables ? », s’est interrogé l’opposant.

Selon Elhadj Cellou Dalein Diallo, c’est cette impunité que le Président « accorde » aux auteurs des crimes qui entraîne la récidive. « On est aujourd’hui révolté de voir qu’on est dans un pays où le premier responsable qui assume la haute fonction de l’Etat n’a aucun souci de la vie d’une certaine catégorie des citoyens guinéens », a encore dénoncé le chef de file de l’opposition guinéenne.

Par ailleurs, le président de l’UFDG a rappelé qu’il n’y a rien qui pourrait justifier l’usage des armes à feu contre des manifestants dans le monde entier. « On ne peut pas tirer à balles réelles sur les manifestants, même si c’est une manifestation interdite. Même si on l’a accusé de jeter des pierres, ce qui n’était pas le cas pour Ismaël Bah », a précisé Cellou Dalein Diallo, qui exige qu’on situe les responsabilités sur les tueries perpétrées sur les guinéens depuis 2011.

Selon le principal adversaire au régime Alpha Condé, la plupart des victimes d’assassinat sont de la commune de Ratoma. « Même si lui (Alpha Condé, NDLR) considère que les autres ne sont pas des guinéens ; mais, ils sont des êtres humains. Ils ont droit à la justice. On ne peut pas continuer comme ça en garantissant l’impunité à ceux qui tuent », a protesté Cellou Dalein Diallo, avant d’annoncer que les leaders de l’opposition vont se retrouver pour exiger que les auteurs des crimes soient identifiés et traduits en justice.

Mamadou Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél. : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin