L’opposition républicaine a organisé ce mercredi, 27 septembre 2017, une marche funèbre pour accompagner les deux jeunes (Ismaël Bah et Ibrahima Sory Sow) qui ont succombé à leurs blessures par balles suite à la marche du mercredi dernier, 20 septembre 2017. Après l’enterrement, c’est l’honorable Aboubacar Sylla qui a porté la parole de l’opposition républicaine.

Dans un discours musclé, le président de l’UFC a dénoncé les innombrables atteintes à la liberté et à la vie humaine, avant d’inviter la population de Conakry d’observer une journée « Ville morte » demain, jeudi, en hommage à toutes victimes du « régime d’Alpha Condé ».

C’était encore la consternation ce mercredi à Bambéto ! Parents, amis et alliés s’y étaient donnés rendez-vous pour rendre un dernier hommage à ces jeunes tombés sous les balles des forces de l’ordre, alors qu’ils revenaient de la manifestation organisée par les leaders de l’opposition républicaine.

Dans son discours prononcé au nom de tous les leaders présents, Aboubacar Sylla a exprimé le regret de constater qu’à l’occasion de chaque manifestation, des personnes innocentes soient tuées et qu’aucune enquête sérieuse ne soit menée pour démasquer les auteurs de ces crimes.

« Chers compagnons, chers frères, chers sœurs ! Aujourd’hui encore, nous sommes tristes ! Nous sommes étreints par l’émotion ; mais, nous sommes aussi révoltés et en colère contre un régime qui s’illustre tous les jours dans la violence, dans la barbarie, dans le déni des droits de l’Homme. Aujourd’hui encore, nous avons accompagné à leurs dernières demeures, Ismaël Bah et Ibrahima Sory Sow », a-t-il regretté, remerciant quand même les populations pour leur forte mobilisation à ces obsèques.

Ensuite, monsieur Sylla a rendu un vibrant hommage aux victimes des précédentes manifestations, notamment de celles qui ont perdu la vie au stade du 28 septembre en 2009. « Demain, jeudi, nous allons célébrer le 8ème anniversaire de ce triste évènement du 28 septembre. Jusqu’à présent, on ne voit pas l’ombre d’une lueur de la ténue d’un procès pour punir les coupables et leurs commanditaires. Huit années après ce triste évènement, jusqu’à présent, même les personnes incriminées par la justice guinéenne continuent d’occuper des fonctions élevées au niveau de l’administration publique ; c’est extrêmement grave ! Ça veut dire aussi, comme pour nos victimes, là aussi, il n’y a aucune volonté de faire la lumière sur ces crimes, d’identifier les victimes, identifier les coupables et les traduire devant les tribunaux », a-t-il dénoncé.

Enfin, Aboubacar Sylla a invité les militants de l’opposition d’honorer les victimes tuées sous le magistère du président Alpha Condé en combattant pour l’avènement d’un régime respectueux des libertés et des droits humains . « Ceux qui sont morts aujourd’hui nous interpellent, nous devons être encore plus engagés pour que leurs sacrifices ne soient pas inutiles. Il faut que leurs sacrifices servent à instaurer dans ce pays un régime respectueux des droits de l’Homme, un régime respectueux des principes démocratiques et des règles de la bonne gouvernance (…). Nous vous demandons d’être encore plus nombreux le mercredi prochain, pour manifester contre l’impunité, contre la violence d’Etat et de faire en sorte que la Guinée ne soit pas un pays où on peut tuer impunément les citoyens libres. Demain, c’est une journée ville morte ; ça veut dire qu’on reste à la maison, on ne va pas travailler, pour que la léthargie que la capitale va connaitre soit un signe évident de la protestation, du refus du peuple de Guinée d’accepter un régime barbare ».

A rappeler que cette cérémonie a pris fin sans aucun incident. Les citoyens qui ont massivement répondu à l’appel de l’opposition républicaine ont regagné leurs maisons dès après ; et, la circulation a aussitôt repris sur l’axe Hamdallaye-Bambéto, etc.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tel. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin