L’atelier national de validation des textes juridiques du Conseil National des Jeunes de Guinée (CNJ-Guinée) s’est déroulé les lundi et mardi 26 septembre 2017. Elle a regroupé au palais du peuple 170 participants venus des 33 préfectures du pays et de la ville de Conakry. Quelques minutes après l’ouverture de la cérémonie, Maimouna Diallo, présidente de l’Union des Jeunes Volontaire pour le Développement de Télimélé, préfecture qu’elle représente à ses assises, s’est confiée à Guineematin.com à travers son reporter qui était au palais du peuple.

Avec elle, il a été question de ses ambitions et de son plaidoyer en faveur des jeunes de cette préfecture, sevrée de tout à l’image de nombreuses préfectures de l’intérieur du pays.

Très engagée dans le développement local, Maïmouna Diallo milite dans plusieurs associations de jeunesse de sa préfecture. Pour elle donc, c’est une fierté de représenter Télimélé à ces assises nationales.

La jeune a alors profité de cette rencontre pour plaider la cause de Télimélé : « beaucoup de choses manquent à Télimélé ! Nous sommes en manque d’infrastructures, d’édifices. Au nom de la jeunesse de Télimélé, je demande à tout le monde, que ça soit les ressortissants, le gouvernement, de nous aider. D’abord, Télimélé n’a pas de route. Celle qui est là est impraticable : c’est un véritable calvaire pour les usagers que nous sommes », a-t-elle expliqué.

Parlant de cette rencontre de Conakry, Maïmouna Diallo a dit vouloir briguer la présidence de cette structure : « Je vise la présidence ! Je vais être brève dans mon intervention. On dit souvent que Télimélé est mal lotie, je dirai que Télimélé doit paraître, notre préfecture doit montrer aux autres jeunes de Guinée que nous sommes capables », a-t-elle dit avec insistance.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin