Marquée à Labé par le traditionnel dépôt de la gerbe de fleurs à la place des Martyrs, la cérémonie de commémoration de l’an 59 de l’indépendance de la République de Guinée a été une occasion pour le gouverneur de la Région Administrative, Sadou Keïta de rendre tous les guinéens responsables du retard de la Guinée, rapporte un correspondant de Guineematin.com dans la région.

La cérémonie de commémoration de l’an 59 de l’indépendance de la Guinée a mobilisé plusieurs personnalités politiques, administratives et religieuses à la place des martyrs de Labé où le gouverneur de la Région Administrative (RA), Sadou Keïta a solennellement déposé la gerbe de fleurs à la mémoire de nos disparus, connus et anonymes, morts dans le champ de bataille, en défendant la souveraineté nationale.

S’adressant au public massivement mobilisé pour conférer à cérémonie son éclat particulier, le gouverneur Sadou Keïta s’est exercé, dans un discours fleuve, à rappeler les grands faits qui ont marqué l’histoire de la Guinée, de 1958 à ce jour, lundi, 2 octobre 2017, sans occulter les douloureux évènements qui ont secoué ses compatriotes.

Partant, il a déclaré avec forces arguments que les guinéens sont tous responsables du retard de la Guinée.
« Le retard de la Guinée n’est pas lié à la nature d’un président. Mais, nous guinéens, nous-mêmes, nous sommes la cause de notre retard » a indiqué le gouverneur de Labé.

Pour en convaincre davantage, Sadou Keïta a évoqué la manière par laquelle, en 1984, les hauts commis de l’Etat ont encouragé le Général Lansana Conté à privatiser pour ne pas dire bazarder les 118 industries que le président Ahmed Sékou Touré avait laissées aux guinéens.

« Je me rappelle, quelque part en Guinée, nous avons vendu l’usine à 30 millions de francs guinéens officiellement. Et, c’est qu’on a eu sous la table est autre chose ».

Un esprit qui serait responsable de tous les maux dont souffre la Guinée et les guinéens. Raison pour laquelle le gouverneur de Labé invite les guinéens à réfléchir sur les vraies raisons qui empêchent la Guinée d’accéder au développement.

« Nous donc sommes, aujourd’hui, 59 ans après notre indépendance. Trop de difficultés. Aujourd’hui, je voudrais demander à chacun, au lieu d’en faire une fête de réjouissance simplement. Il faudrait en faire une fête de réflexion et de profonde réflexion. Pourquoi, après la maturité, nous sommes au seuil de la vieillesse, nous n’avons pas d’eau, nous n’avons pas d’électricité, nous n’avons pas de pistes ? Alors que des investissements sont faits, la volonté des chefs est là, pourquoi nous n’accédons pas à çà ? » a-t-il interrogé.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin