Âgé de 30 ans, Diallo Abdourahimi, un père de famille, kidnappé par trois inconnus dans la commune urbaine de Labé a été retrouvé après plusieurs jours dans la sous-préfecture de Thianguel-Bori, relevant de la préfecture de Lélouma, rapporte un correspondant de Guineematin.com dans la région.

Selon, Thierno Ibrahima Diallo, oncle de la victime, le jeune Abdourahimi Diallo, boulanger de son état, se rendait à l’hôpital régional de Labé pour voir un de ses apprentis qui venait d’être percuté par un camion quand il a rencontré ses ravisseurs.

« Il a rencontré un jeune au carrefour Tinkisso. L’inconnu lui a tendu la main. Après cette poignée de main, mon neveu Abdourahimi Diallo a perdu connaissance. De là, il a été embarqué à bord d’un véhicule. Son téléphone est resté fermé toute la journée. C’est seulement aux environs de 22 heures que sa femme a pu le joindre. Il a répondu à l’appel téléphonique et a dit à sa femme qu’il ne connait pas où il se trouvait, en ce moment. Seulement, il a précisé qu’il est dans un véhicule pour une destination inconnue. Et juste, après cette conversation, son téléphone s’est éteint à nouveau. Il est resté injoignable toute la journée du vendredi, aussi » a expliqué l’oncle de la victime.

Parents, amis, alliés, services de sécurité et gouverneur de région ont été alertés alors. Mais, « c’est seulement après plusieurs heures de traversées, que les ravisseurs d’Abdoul Rahim Diallo ont garé leur véhicule pour se reposer comme il faisait nuit. C’est lorsque deux d’entre eux sont descendus du véhicule pour aller quelques part, et le troisième couché sur son volant et s’est mis à dormir, qu’il a profité pour descendre et rentrer dans la brousse » joute notre source.

Après quelques minutes de marche, il s’est retrouvé dans un village et il a demandé aux habitants où est-ce qu’il se trouvait? Les intéressés lui ont comprendre qu’il est dans un village qui relève de Thiaguel Bori, dans la préfecture de Lélouma. « J’ai expliqué ma mésaventure, et ces derniers m’ont aidé à regagner ma famille qui se trouve à Labé », précise la victime.

Selon Abdoul Rahim Diallo, parmi ses trois ravisseurs personne ne parlait les langues du pays. Ils parlaient tous le français et d’autres langues qu’il ne comprenait pas. Aujourd’hui, il a retrouvé sa famille, même s’il n’est pas parti à l’hôpital pour faire un bilan médical. Pour le moment, ses parents disent qu’il ne se plein de rien.

De Labé, Alpha Boubacar Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin