La rentrée universitaire 2017 se prépare activement dans les institutions publiques d’enseignement supérieur qui ont toutes tenu, à ce jour, leurs conseils d’université, a appris Guineematin.com ce vendredi.

Dans le cadre de rentrée universitaire 2017, toutes les universités publiques ont tenu leurs conseils préparatoires à ce jour, a expliqué au téléphone de Guineematin.com, Samba Camara, président du collectif de soutien aux réformes engagées par l’actuel ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Abdoulaye Yéro Baldé.

Interrogé sur la menace de boycott des cours qui plane toujours sur les institutions d’enseignement supérieur guinéen, dès ce lundi, 16 octobre 2017, Samba Camara déplore cette initiative et invite ses collègues à mettre la balle à terre.

« Il y a eu les conseils d’université dans toutes les institutions. Les emplois de temps sont disponibles et les étudiants sont informés. Nous pensons que nous allons ouvrir dans des bonnes conditions, cette année encore. Seulement, nous avons un souci. Nous venons d’apprendre que la lueur d’espoir qui planait à l’enseignement supérieur, je veux parler de l’arrêté conjoint, a été reportée. Nous comptons, parallèlement à l’ouverture, mener des démarches auprès du ministère. Nous allons continuer à plaider pour que l’application de cet arrêté conjoint ne soit pas reportée. Si on reporte cet arrêté, c’est sera encore une lueur d’espoir perdue au niveau de l’enseignement supérieur. A cause d’un groupe de personnes qui n’a aucune légalité et qui n’a pas le droit de parler au nom de l’ensemble, on ne doit pas priver tout le monde » a-t-il indiqué.

Il précise que le syndicat est la seule structure habilitée à parler au nom de l’ensemble des travailleurs.

« C’est pourquoi, nous invitons tout le monde à reprendre la route de l’université. Chaque institution a une structure syndicale. Ce n’est pas un groupe de personnes qui peut envoyer tout le monde en grève. Nous sommes assistants. Il faudrait que nos collègues qui continuent d’appeler à la cessation des cours sachent qu’ils n’ont pas ce mandat. C’est pourquoi, nous les exhortons de revenir sur le bon chemin. Si ce qu’ils faisaient était légal, on pouvait tous rallier la cause», rassure Samba Camara.

Par ailleurs, notre interlocuteur a tenu à rappeler que selon le décret 176, le statut d’assistant à l’université guinéenne n’est valable que pour 2 ans renouvelables 2 fois. Passé ce délai, l’assistant doit être affecté à l’enseignement Pré-universitaire. C’est pourquoi, Samba Camara insiste pour que ces collègues acceptent l’application immédiate de l’arrêté conjoint qui prévoit la prise en charge des frais de formation des primes des membres du jury lors des soutenances, afin que les assistants passent au grade supérieur.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin