Les septièmes journées médicales Guinée-Région Rhône-Alpes se sont ouvertes ce lundi 30 octobre 2017 au palais du peuple de Conakry. Cette réunion de 04 jours est un espace de « partage d’informations scientifiques dans différentes spécialités médicales et chirurgicales ». Elle regroupe les autorités de l’université Gamal, des enseignants-chercheurs du secteur de la santé, des enseignants et praticiens français, des étudiants en Médecine, Pharmacie et Odontostomatologie. Il y a également des participants venus du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, du Benin, du Sénégal, du Mali, du Niger et de la France, a appris sur place Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Dans son discours, le professeur Namory Kéita, président des septièmes journées médicales Guinée-Région Rhône-Alpes, a expliqué que ces journées médicales se tiennent de façon régulière depuis 2005. Ensuite, Professeur Namory Kéita a souhaité que ces journées contribuent à « la chance d’une progression de la pratique médicale dans notre avec l’élévation générale du savoir et du savoir-faire, la chance d’améliorer la santé de nos populations où qu’elles se trouvent grâce à un partage juste et une utilisation équilibrée des ressources humaines », a-t-il laissé entendre.

Pour madame Pascale Vanon, initiatrice desdites journées médicales, « cette réunion est un cadre d’échanges d’expériences scientifiques et de développement des relations de coopération entre institutions et professionnels de santé du Nord et du Sud. Ces journées traitent d’actualité médicale portant sur les préoccupations de la Guinée en matière de santé », a-t-elle expliqué.

Ces journées, placées sous le signe de Conakry Capitale Mondiale du Livre (CCML), ont inspiré l’ambassadeur de la France en Guinée dans son discours. Selon Jean Marc Grosgurin, cette opportunité doit être saisie par les participants dans leurs échanges. « Le livre a toute sa place dans la formation des médecins. Il permet non seulement l’accès au savoir, mais surtout, le moyen de le pérenniser et de le renforcer. Toutefois, si le livre garde toute sa pertinence, il est aujourd’hui devenu un outil numérique. Il ouvre de nouvelles perspectives qui étaient encore inconcevables il y a quelques années », a mentionné le diplomate français.

Le ministre de la santé et de l’hygiène publique, Dr Abdourahmane Diallo s’est dit « particulièrement heureux de se retrouver avec d’éminentes personnalités scientifiques des domaines de la santé et des sciences biomédicales ».

En outre, Dr Diallo a rappelé que la Guinée et les pays d’Afrique présents à ces journées « ont des problèmes de santé communs. Pour les combattre de façon efficiente, nous devons réfléchir ensemble et établir des lignes de conduite communes », suggère le ministre de la santé.

Pour Dr. Abdourahmane Diallo « le plus grand défi pour notre pays, et aussi pour notre région, en matière de santé, consiste à faire e sorte que chaque habitant, où qu’il vive, puisse avoir accès, à des soins de qualité et aux dernière innovations technologiques. C’est l’une des raisons pour la quelle, j’encourage la tenue régulière de ces journées qui, pour nous, est un grand pas qui permet d’échanger sur différents aspects des problèmes de santé communs », estime le ministre de ma santé.

Il faut rappeler que des thématiques diverses seront abordées au cours de ces journées, dont entre-autres : le rôle de l’écrit dans la formation médicale du livre numérique ; les défis sanitaires post-Ebola, quelles perspectives pour la Guinée ? la santé de la mère et de l’enfant ; les médicaments contrefaits et falsifiés ; ainsi que des thèmes variés d’odontostomatologie et de chirurgie maxillo-faciale

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tél.: 628 17 99 17

 

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin