Comme annoncé précédemment, Chérif Ibrahim Sagalé à été assassiné le dimanche dernier à coups de machette par un jeune originaire de Koula Maoudhé (sous-préfecture de Diari, préfecture de Labé). Depuis, dans le village de Sagalé, c’est la consternation et une grande émotion qui se lisent sur tous les vissages des citoyens trouvés ici. Pour le moment, à l’absence d’explications officielles sur les raisons du crime, chacun y va des ses propres analyses et de ses propres explications, rapporte l’envoyé de Guineematin.com dans la sous-préfecture.

Dans ses explications, monsieur Amadou Mouctar Diallo, le maire de Sagalé, s’est dit dépassé et outré par ce qui est arrivé dans sa commune. « On avait jamais connu un tel acte chez nous. C’est un bandit de grand chemin qui s’est introduit dans la chambre de Chérif Ibrahim le dimanche après la prière de 20 heures. Il a agressé le Chérif à coup de coupe-coupe et le Chérif a rendu l’âme », a-t-il expliqué.

Selon lui, ce sont les populations qui ont arrêté l’assassin qui tentait de fuir. « Lorsqu’il a commencé à fouir, les talibés (élèves coraniques) ont pu mettre main sur lui. C’est ainsi que j’ai appelé les services de la préfecture à travers le Préfet pour l’informer et demander un déploiement des services de sécurité. Ils sont venus à Sagalé vers 1 heure du matin ; mais, la population a refusé de livrer le bandit, craignant qu’il se fasse libérer. Nous nous sommes entendus d’attendre le matin pour intervenir puisque la population était très en colère », a-t-il poursuivi.

Concernant l’interrogatoire du bandit, le maire Amadou Mouctar Diallo dit avoir demandé à son homologue de la sous-préfecture de Hérico pour l’assister. « Nous sommes rentrés dans la chambre pour l’interroger. Il a expliqué un peu. Mais, la population, très remontée, n’a pas accepté qu’on termine l’interrogatoire. Ils ont jeté les pierres ! Craignant son assassinat avant qu’on ne sache les raisons de son acte, nous avons appelé des renforts. Les agents de la sécurité sont venus lancer le gaz lacrymogène pour disperser la foule et récupérer le bandit pour l’envoyer à Labé », a expliqué le maire à l’envoyé spécial de Guineematin.com à Sagalé.

Pour Amadou Mouctar Diallo, c’est cette attitude des forces de sécurité qui a irrité de plus les populations qui ont fini par saccager les édifices publics de la sous-préfecture. « Les gens se sont révoltés pour dire qu’on n’a pas accepté qu’ils gardent l’assassin du Chérif et les autorités vont le lâcher. Ils sont allés saccager le bureau du sous-préfet et sa résidence, la préfecture, le commissariat de police et la gendarmerie », a-t-il déploré.

En attendant l’enterrement du défunt prévu pour vendredi prochain dans le mausolée de Sagalé, la famille éplorée continue d’enregistrer les dizaines et des dizaines de parents, amis et connaissances qui viennent de tous les horizons pour présenter leurs condoléances.

A rappeler que depuis ce dimanche noir, aucune autre information sur les raisons de l’assassinat de Chérif Ibrahim de Sagalé n’a filtré. Et, son grand frère et Khalif, Chérif Abdoul Mazid, est toujours attendu dans la cité sainte…

De Sagalé, Mamadou Alpha Assia Baldé, envoyé spécial de Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin