A l’instar des autres régions de la Guinée, Boké a lancé officiellement ce mercredi, 1er novembre 2017, la deuxième édition de la semaine nationale de la citoyenneté et de la paix (SENACIP). Placée sous la présidence du Gouverneur de région, le Général Siba Séverin Lohalamou, cette grandiose cérémonie s’est déroulée à la maison des jeunes de Boké, rapporte le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

En présence du Préfet de Boké, Aboubacar M’Bop Camara, du maire de la commune urbaine, de certains députés de la localité, des membres de la société civile et de plusieurs cadres venus des différents services, le Général Siba Séverin Lohalamou a tenu un discours appelant les citoyens au sens de la responsabilité et à la culture de la paix.

Dans une salle remplie d’élèves venus des établissements secondaires, professionnels et universitaires, le Gouverneur a mis un accent particulier sur l’obligation du citoyen à respecter les symboles de l’État. « Je voudrai, au-delà des discours, que nous tenons ici, que nous ayons un recul nécessaire à Boké, de nous interroger sur certains de nos comportements dans un passé récent. On doit se dire ce qui n’a pas été bon et chercher à savoir ce qu’il faut pour corriger tout ça. C’est extrêmement important, parce que les symboles de l’État tels que le drapeau, l’hymne national, sont à respecter. Nulle part, il n’est autorisé à un citoyen de saboter ces symboles. Mais, j’avoue que ce qui s’est passé tout récemment à Boké est regrettable. Je veux qu’à partir de cette deuxième édition de la semaine nationale de la citoyenneté, nous sachions faire la part des choses », a-t-il souhaité.

Avant de déclarer donc ouverte la semaine nationale de la citoyenneté et de la paix, le Gouverneur Général Siba Séverin Lohalamou a lancé un appel au comité préfectoral d’organisation de multiplier les conférences dans les centres éducatifs et a rassuré de sa disponibilité pour être sur le terrain avec les acteurs afin de véhiculer les messages du ministre de l’Unité nationale et de la citoyenneté. Il a enfin invité l’ensemble des couches sociales (les jeunes, les femmes, les notables, les responsables à tous les niveaux) à se donner la main pour ensemble construire la nation.

Pour sa part, monsieur Sékou Doré, délégué du conseil national de la société civile, également délégué préfectoral pour la SENACIP à Boké, a décliné tout d’abord l’objectif principal de l’organisation de la SENACIP, avant de rappeler aux jeunes de Boké que la revendication est légitime et constitutionnelle ; mais, on doit la faire dans de façon pacifique.

« C’est une semaine pleine d’activités de sensibilisation, d’innovation, sous la thématique « le citoyen sur la construction de la nation ». Pour réussir le pari, les partis politiques, les autorités locales, la société civile et le citoyen lui-même, chacun a un rôle à jouer. Nous choisissons donc des éminents conférenciers qui vont animer des conférences dans les établissements scolaires, professionnels et universitaires. Mais, je voudrais rappeler aux populations de Boké que la revendication est un droit reconnu par la constitution ; mais, on doit revendiquer dans le calme, sans s’attaquer aux biens publics ou privés. Nous devons préserver les édifices publics comme nous le faisons pour nos propres habitations », a-t-il conseillé.

De Boké, Mamadou Diouldé Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin