Sous la conduite de la Présidente du forum des femmes parlementaires de Guinée, Hadja Fatoumata Binta Diallo, les femmes députées et les femmes leaders de la société civile guinéenne, en caravane, ont sillonné la commune de Dixinn et rencontré les aussi bien les autorités communales que des acteurs de la société civile et de la CENI. C’était en présence de la presse dont Guineematin.com qui était dans la caravane de la gent féminine.

Arrivée à la mairie de Dixinn, la délégation forte d’une centaine de membres a été éclatée en quatre équipes. La première pour rencontrer les autorités communales, la deuxième pour discuter avec les femmes leaders à la maison des jeunes de Dixinn, la troisième pour conférer avec la coalition des femmes et filles de Guinée (COFIG) à son siège à la Belle vue, la quatrième chargée de convaincre les membres du conseil national de la société civile guinéenne (CNOSCG).

La seconde étape de cette caravane a consisté pour les organisatrices à échanger et sensibiliser les responsables de l’Union pour le progrès de la Guinée de l’ancien premier ministre Jean Marie Doré et de la commission nationale électorale indépendante (CENI).

A la Mairie de Dixinn, l’équipe de la patronne du FOFPAG après avoir exposé les motifs de sa présence a écouté les responsables de la commune sous la supervision du Conseiller communal Amadou II Barry.

Dans son intervention, M. Barry a reconnu la nécessité pour la société guinéenne d’œuvrer à l’équité et à la promotion du genre. « C’est très important d’accompagner les femmes dans leur combat pour l’équité.

Dans la gestion des affaires publiques, elles se distinguent positivement et présentent beaucoup d’avantages », reconnaît ce conseiller.

A Dixinn, la nouvelle équipe aux commandes de la municipalité se réjouit de l’occupation « à part égale avec les hommes les fonctions de administratives communales. Parmi les 16 chefs de service, la moitié c’est des femmes », a expliqué ce représentant du président de la délégation spéciale de Dixinn.

Toutefois, à l’arrivée cette équipe, déplore M. Barry, « nous avons été équerrés de constater que des 22 quartiers, seuls deux sont dirigés par des femmes. Et l’équipe actuelle comprend 4 femmes sur les 11 membres. Pour changer la donne, M. Barry mise sur « l’information et la sensibilisation pour que les femmes prennent conscience de leurs potentialités et de l’opportunité pour elles de participer activement aux prochaines élections communales et à tous les niveaux ».

A la CENI, la délégation a été accueillie par son Président, Maître Amadou Salifou Kébé, après avoir écouté les femmes a dit tout son soutien et son engagement à leur cause.

Pour la simple raison dit-il « nous partageons leurs causes puisque si les femmes et les hommes travaillent ensemble, c’est un bonus pour la société. C’est le plus grand moyen de faire avancer notre pays », souligne l’avocat et patron de la CENI.

Il rappelle que son institution a toujours évolué « dans le cadre du respect des 30%. Avec le changement de la loi électorale qui ne fixe plus de cota, limiter la représentation des femmes à 30% est désormais une violation de la loi et une violation du principe de l’égalité entre les femmes et les hommes mentionnée dans notre Constitution », a-t-il signifié.

Désormais, promet le président de la CENI, « nous allons plaider pour des inscriptions zébrées de 50 % de chaque. Et nous demanderons les partis politiques et la société civile d’aller vers la parité au lieu de se limiter au de rester dans l’esprit dans l’ancienne disposition électorale », a promis de travailler le N°1 de la CENI. Avant d’insister que c’est un « travail de plaidoyer que la CENI va mener au près des partis politiques et de la société et il ne s’agit en aucun doute d’un pouvoir d’imposition mais de bons sens », a dit Maître Amadou Salifou Kébé.

Les 4 et 5 novembre, la caravane sera dans la commune de Ratoma et ira rencontrer comme à Dixinn, aussi bien des acteurs politiques, administratifs et de la société civile que des organisations de femmes pour transmettre leur message se résumant au slogan « plus de maires-mères que de maires-pères aux prochaines communales ».

Abdallah Baldé pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin