Le Forum des femmes parlementaires de Guinée (FOFPAG) et les femmes leaders de la société civile poursuivent leur tournée de plaidoyer/lobbying dans les communes de la capitale depuis le 2 novembre.

Honorable Bakary Goyo Zoumaniqui

Hier, mardi 7 novembre 2017, la caravane a terminé sa journée au siège de l’Union des forces républicaines (UFR) et a été reçue par les femmes républicaines et le secrétaire général du parti, l’Honorable Bakary Goyo Zoumaniqui.

Affichant un air de joie et de bonheur de recevoir ces dames, le représentant de monsieur Sidya Touré, président de l’UFR, après avoir souhaité la bienvenue aux membres de la caravane, leur a lancé un appel pressant. « Je vous exhorte, chères dames, à plus d’efforts dans le combat politique. Je remarque qu’après les études, les filles qui militaient le cessent, peut-être pour aller dans les organisations non gouvernementales. Mais, cela ne résout pas le problème des inégalités homme-femme que nous déplorons », a fait remarquer l’honorable Zoumanigui qui a réitéré la disponibilité de son parti à accompagner les femmes dans leur combat pour l’émancipation.

Madame Koumba Diakité

Pour sa part, Madame Koumba Diakité, membre de la direction nationale de l’UFR, ancienne ministre, ancienne ambassadrice et plusieurs fois directrice nationale, elle dira que « le meilleur investissement est dans l’éducation de la jeune fille, puisque les femmes savent mieux gérer le quotidien et s’illustrent par leur volonté de se dépasser chaque jour dans ce qu’elles font pour développer le pays ».

Expérimentée et toujours combative, l’ancienne diplomate a également appelé la jeunesse à se former et à se mettre au travail. « C’est le travail qui paie. Les jeunes et les femmes doivent accepter de se former et de travailler. Les postes ne se donnent pas gratuitement. Si tu es nommé, il t’appartient à donner un contenu, donc de mériter par le travail bien fait», a ajouté madame Koumba Diakité.

Déjà, à l’entame de la journée, la caravane s’était rendue au marché de Bonfi et la commune de Matam où le FOFPAG et ses collègues ont pu rencontrer respectivement les femmes du marché, massivement mobilisées, celles de la commune, également en nombre et les autorités municipales. Avec ces dernières, il était question de les convaincre d’œuvrer à augmenter substantiellement le nombre de femmes dirigeantes à tous les niveaux de la municipalité. Du carré à la commune, en passant par les quartiers et les services communaux.

Contrairement aux premières communes visitées, celle de Matam est dirigée par une femme, Hadja Néné Coya Touré. Cette délégation spéciale comprend onze (11) conseillers dont trois femmes et Matam compte 24 quartiers dont quatre dirigés par des femmes, a fait comprendre le vice-président de la délégation spéciale, Saïdouba Sahko.

Mme Mama Aïssata Camara, présidente du quartier de Héramakono 1

Pour Madame Mama Aïssata Camara, présidente du quartier de Héramakono 1, « cette campagne menée par le FOFPAG et la société civile a permis de réveiller les femmes de Matam. Elle nous ont réveillées la cervelle à travers les informations reçues et nous sommes vraiment encouragées».

Madame Mama Aïssata Camara promet de se mettre à la tâche dès à présent pour aider les femmes de son quartier à se préparer et à se positionner pour les prochaines élections communales, prévues l’année prochaine.

Hon. Hadja Fatoumata Binta Diallo, Présidente des femmes parlementaires

La Présidente des femmes parlementaires de Guinée, l’Honorable Hadja Fatoumata Binta Diallo, interrogée par la presse dont le reporter de Guineematin.com sur son constat de ces cinq jours de sensibilisation, dit avoir été marquée par l’engouement des femmes. « Partout, nous avons remarqué l’engagement des femmes et des autorités tant administratives que politiques. Il faut reconnaître que les femmes représentent 52% de la population guinéenne. Donc, il est normal, voir impératif que cette couche participe activement à la prise de décisions en vue de mieux contribuer au développement de notre pays », a-t-elle expliqué.

D’ailleurs, pour l’Honorable Hadja Fatoumata Binta Diallo, vu le nombre de femmes, « il n’est pas exagéré qu’elles réclament non pas seulement la moitié des postes électifs et nominatifs mais d’aller à la conquête de la présidence de la République ».

Aujourd’hui, mercredi 8 novembre 2017, la caravane sera à Kaloum. Une commune dont la président de la délégation spéciale est également une femme et abritant le quartier administratif et des affaires de la République de Guinée.

A suivre !

Abdallah Baldé pour Guineematin.com

Tél. : 628 08 98 45

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin