Comme annoncé précédemment sur Guineematin.com, un ultimatum de 6 jours a été lancé aux éleveurs de zébus de Lola et Beyla pour évacuer le territoire guinéen. Alors que les éleveurs expriment leur inquiétude, le colonel Moussa Thiegboro Camara a apporté des précisions sur cette opération. Selon le secrétaire général chargé des services spéciaux, de la lutte contre la drogue et le crime organisé, joint au téléphone ce vendredi 10 novembre 2017, c’est la race des zébus qui est concernée par ce déguerpissement.

Pour le colonel Thiegboro, l’impact négatif des zébus sur l’environnement et sur la vie de nos compatriotes n’est plus à démontrer. « Nous avons une mission qui est celle de mettre hors de nos frontières les zébus. C’est une race très mauvaise. Quand vous voyez les traces de ces animaux ici, en tant que bon guinéen, vous allez pleurer. Il y a des forêts ici, c’est les arbres seulement qu’il y a, en bas il n’y a plus d’herbes. Tu peux aller jusqu’à 40 kilomètres dans la brousse, tu ne peux pas trouver d’herbes derrière ces zébus là. Donc, l’environnement est complètement détruit ave l’écosystème. Les Touareg ont des produits, s’ils pompent ça, partout où l’animal passe, tous les insectes meurent : mouches, guêpes,… Dans certains villages d’ici, pour avoir du manioc, c’est impossible à cause de ces bœufs là », a dénoncé le colonel Thiegboro.

C’est pour toutes ces raisons, dit-il, que le président de la République « a donné ordre de les renvoyer chez eux. Puisque ces Touaregs sont entrés illégalement en Guinée pour s’installer. Ils viennent trouver des personnes influentes pour donner deux à trois têtes pour qu’on impose leur installation. On dirait que l’administration du territoire n’existait pas. On dirait que les préfets et sous-préfets ne sont pas là », a-t-il lancé.

En outre, le colonel Thiegboro a précisé que c’est seulement les éleveurs possédant des zébus qui sont concernés par le déguerpissement. « La race Ndama ne fait pas partie, c’est les animaux dévastateurs qui doivent quitter le territoire guinéen. Et, c’est les Touareg qui ont ces troupeaux qui peuvent aller jusqu’à 100 mille têtes. C’est eux qui doivent quitter. Des guinéens qui en possèdent doivent s’en débarrasser », a laissé entendre l’officier.

Propos recueillis par Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com

Tel. 628 17 99 17

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin