Le centre de santé de Donghol-Touma, collectivité rurale située à 65 km du chef-lieu de la préfecture de Pita, dans la Région Administrative de Mamou, en Moyenne Guinée, reste envahi par des ordures ménagères, des herbes sauvages et autres immondices qui trainent tout autour du bâtiment, a appris Guineematin.com de certains citoyens de la localité.

Certains citoyens de Donghol-Touma, dans la préfecture de Pita ont déclaré à Guineematin.com être surpris et étonnés de l’état d’esprit du chef du centre de santé de la localité, Oury Bah qui exerce dans des mauvaises conditions hygiéniques.

« Nous sollicitons votre appui pour changer le visage de notre centre de santé qui n’est pas du tout entretenu par l’administrateur des lieux. On est surpris de voir le chef du centre de santé travailler dans cet état. Il n’est pas du tout sensible à ce manque d’hygiène dans son environnement de travail et de vie », a expliqué à Guineematin.com, images à l’appui, un activiste de la société civile locale qui a requis l’anonymat.

Interrogé sur la question dans l’après-midi de ce samedi, 11 novembre 2017, le chef du Centre de Santé de Donghol-Touma, Oury Bah a déclaré à Guineematin.com que son lieu de travail est très propre.

« Si vous faites le déplacement, je vais payer votre transport aller-retour. Si vous êtes en voiture, je paye le carburant. Mais, celui qui vous a dit ça a menti. Le centre de santé de Donghol-Touma est propre. Si c’est pour avoir la vraie information, moi je paye votre carburant. C’est faux ! Ce sont des gens qui me font la guerre. L’ancien maire de la commune rurale a appris ce que vous venez de dire là. Il m’a appelé. Il me soutien depuis longtemps. C’est à cause de moi qu’il a carrelé le centre de santé. Je voulais faire une demande mutation, mais j’annule, parce que si je quitte, ils vont croire que j’ai peur. Je vais rester jusqu’après les élections. On va se battre, on va voir. Nous sommes tous de Pita ici », s’est-il défendu.

Poursuivant sa réaction au téléphone de Guineematin.com, le chef du centre de santé de Donghol-Touma, Oury Bah a précisé qu’un comité de santé et d’hygiène est constitué de 9 personnes.

« Moi qui ne suis pas natif de là-bas, je suis seul. Les 8 autres sont des autochtones. Même si c’était sale, est-ce que la faute m’incombe. J’ai l’habitude de payer, même s’ils nettoient, parce que le centre a des fonds pour çà, il y a le budget. Mais, la commune aussi nous doit 15% de ses subventions qu’elle ne donne jamais depuis que l’ancien maire a quitté. Si moi seul je refuse de nettoyer, c’est leur centre de santé, c’est leur population qui vient se soigner s’ils font nettoyer est-ce que je vais refuser de payer, c’est le trésorier qui détient l’argent ? C’est moi seul qui suis étranger là-bas, si mois je ne fais pas, les 8 autres peuvent le faire. Ou bien ? », s’est-il interrogé.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin