La délégation spéciale de la commune urbaine de Faranah n’a jusqu’à présent pris aucune mesure concrète pour renforcer la sécurité des biens au marché central de la ville, a appris Guineematin.com de sources officielles.

En l’espace de 10 jours, deux cas de cambriolage contre 6 boutiques au total ont été enregistrés au marché central de la commune urbaine de Faranah où l’administrateur général des lieux, Sékouba Kalonzo Oularé a effectivement déposé ses rapports circonstanciés aux autorités communales.

Interrogé dans l’après-midi de ce dimanche, 12 novembre 2017, sur les dispositions concrètes prises pour renforcer la sécurité des marchandises au marché central de sa ville, le président de la délégation spéciale de la commune urbaine de Faranah, Mamadi Balaya Mansaré a déclaré au téléphone de Guineematin.com ne pas pouvoir dire grand-chose autour de cette question, parce qu’il est à Conakry depuis plus d’un mois maintenant pour des raisons de santé.

« Je ne connais rien de cette situation de Faranah actuellement. Prochainement je pourrais vous être utile. Je suis à ta disposition, il n’y a aucun problème. Je rentre demain (Ndrl: lundi, 13 novembre 2017) à Faranah », a brièvement indiqué « monsieur le maire.»

Pour sa part, le vice-président de la délégation spéciale, Aboubacar PDG Barry, secrétaire fédéral de l’UFDG de Faranah a exprimé au téléphone de Guineematin.com toute la préoccupation des autorités communales autour de cette question d’insécurité au marché central.

« Le marché a été mal construit. Il n’y a pas de fermeture. Tout est ouvert comme ça. Les entrées n’ont pas de portes. Sinon il y a trois entrées ou quatre d’ailleurs. Nous avons même pensé à fermer une partie, nous avons trouvé qu’on ne pouvait aussi laisser seulement deux entrées au risque de créer d’autres problèmes. Si vous connaissez Faranah, le marché est au beau milieu de la ville », a regretté le délégué spécial de l’UFDG à la commune.

Abordant la question des dispositions concrètes prises par son équipe pour renforcer la sécurité au marché central, le vice-président de la délégation spéciale de la commune urbaine de Faranah, Aboubacar Barry a déclaré n’avoir pas encore pu mettre la main sur le président de l’antenne locale de la chambre du commerce pour concertation.

« A travers un communiqué radio diffusé vendredi soir, nous avons invité la chambre du commerce à venir à la Mairie pour une réunion de concertation avec les victimes et l’administration du marché pour qu’on prenne ensemble des dispositions. Mais, le président de la chambre du commerce n’était pas disponible. Il n’est pas venu à la rencontre. Nous allons essayer de le relancer ce lundi, 13 novembre 2017 », a-t-il expliqué.

En attendant la tenue effective de cette réunion de concertation, la délégation spéciale de la commune urbaine a à l’idée de faciliter une collaboration entre les commerçants et une société de gardiennage de la place.

« Nous voulons que cette société gardiennage signe un contrat avec la chambre du commerce. Nous nous allons servir de témoins » a-t-il ajouté.

Sur l’apport de la collectivité, Aboubacar Barry déclare que la commune urbaine de Faranah n’a pas de ressources pouvant lui permettre de supporter cette charge, parce que «nos recettes au marché central sont faibles.»

Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Facebook Comments Box

Commentaires

Guineematin