Comme nous l’annonçait une précédente dépêche de l’envoyé spécial de Guineematin.com à Sangarédji, le ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation a conféré avec les élus locaux et les représentants des sociétés minières de Sangaredi, dans l’après-midi de ce mardi, 14 novembre 2017. Le Général Boureima Condé était accompagné d’une importante délégation dont le gouverneur et le préfet de Boké. La démarche vise à transmettre le message du gouvernement et du président de la République après les violentes émeutes pour le courant électrique.

Dès son arrivée, vers 11 heures à Sangaredi, le ministre de l’Administration du territoire et de la Décentralisation a tout d’abord fait le tour des édifices publics et privés qui ont fait les frais de cette manifestation populaire contre le manque d’électricité.

Ensuite, le Général Boureima Condé est venu au centre culturel de la cité où une centaine de personnes (élus locaux, les sages, représentants de la jeunesse, des forces de l’ordre…) l’attendaient.

Dans son discours de bienvenue à la délégation ministérielle, le président de la délégation spéciale de Sangaredi a regretté les actes de vandalisme qui ont ébranlé la ville. Monsieur Mamadou Oudy Bah a aussi dit son étonnement face à ces « revendications qui pourraient être légitimes qui se passent la nuit et d’une manière très violente. Attitude que nous condamnons avec la dernière énergie », a-t-il dit.

Se réjouissant de l’implication de tous les acteurs dans la résolution de cette crise, monsieur Bah a sollicité l’appui du gouvernement pour « l’amélioration de la desserte en eau potable et en électricité, l’implantation d’une radio communautaire à Sangaredi pour diffuser des thèmes de sensibilisation à nos communautés en temps réels ».

Pour sa part, le Général Boureima Condé a dit sa déception et sa colère suite aux violences qui ont affecté cette sous-préfecture. « Je suis ici aujourd’hui mi-figue, mi-raisin. D’un coté du cœur, parce que je retrouve des populations guinéennes sereines ; de l’autre côté de mon cœur, je viens de visiter Sangaredi beau, Sangaredi l’historique. Aujourd’hui, Sangaredi la triste. Je viens de faire le tour de Sangaredi, j’ai vu ce que vous avez fait à Sangaredi, j’ai le cœur brisé », a-t-il dit avec émotion.

Par ailleurs, le ministre de l’Administration du territoire a rappelé les liens historiques qui ont toujours existé entre les fils du pays depuis le temps de nos ancêtres. Puis, Boureima Condé a dit que ce qui est arrivé à Sangaredi n’est pas l’œuvre de toutes les populations qui y vivent. « J’ai versé des larmes de rancœur tout de suite quand j’ai vu ce drapeau qu’on a couché à terre ici à Sangaredi, et où les services de sécurité, à la gendarmerie et à la police, on a descendu le drapeau, on vous a tous descendus. Et, alors, on me dit que c’est un problème de courant, on me dit que c’est un problème d’eau, comme vient de le signaler monsieur le président de la délégation spéciale. Je dis non ! Ce n’est pas un problème de courant parce qu’au moment où on demande le courant, ce n’est pas en ce moment qu’on prend des bidons d’essence pour venir brûler la centrale électrique. Je refuse de le croire », soutient-il.

Sur un ton ferme, le ministre Boureima Condé a dit que le groupe de personnes qui a vandalisé et pillé la banque locale de la Société Générale des Banques en Guinée (SGBG) a été démasqué à travers les caméras de surveillance. Il a précisé que les images ont été déjà transmises à la justice. « Le gouvernement du professeur Alpha Condé apportera la preuve de ces mauvais jeunes de Sangaredi, qui ne sont certainement pas de Sangaredi. En tout cas, je voudrais le croire parce que le crime n’étant jamais parfait. Là où ils sont rentrés à la banque, il y a des caméras. Et, comme c’est des professionnels, au moment où ils se sont rendus compte que les caméras sont là, ils ont essayé de casser les caméras, ils ont été déjà filmés (…). Alors, plus vous vous croyez malins, plus les esprits malins vous trouvent idiots », a-t-il lancé.

Par la voix du porte parole des sages, les populations ont demandé « pardon au gouvernement».

De Sangaredi (Boké), Ibrahima Sory Diallo, envoyé spécial de Guineematin.com

Tel. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin