Alpha Condé à Bonn : « l’Europe s’est développée en appauvrissant l’Afrique »

Par Idiatou Camara, depuis Bonn pour Guineematin.com : L’Afrique était à l’honneur ce mercredi, 15 novembre 2017, à la COP 23, la rencontre mondiale dédiée au climat. Dénommée « Africa Day », la journée a mobilisé des centaines de participants de tout le continent et d’ailleurs. Les présidents congolais Denis Sassou Nguesso et guinéen, le Professeur Alpha Condé ont, à l’occasion, pris la parole.

Dans son adresse aux participants, le Président Congolais a dit que « l’Afrique subit fortement les effets des changements climatiques alors qu’elle pollue moins que les autres continents… ».

Selon Denis Sassou Nguesso, l’Afrique doit unir ses forces et parler d’une seule voix et travailler en synergie pour ensemble faire face au phénomène du dérèglement climatique dont les effets sont aujourd’hui connus de tous. Parmi eux, le président congolais a cité la sécheresse, les inondations, la forte chaleur, l’élévation du niveau de la mer et la baisse de la pluviométrie dans plusieurs endroits de la planète. D’un ton inquiet, le président Denis Sassou Nguesso a fait remarquer que « si nous ne faisons pas attention avec la montée des eaux, plusieurs pays insulaires pourraient disparaitre de la carte du monde ».

Avant de terminer son discours, Denis Sassou Nguesso mettra l’accent sur le « fonds bleu » qui est une initiative de son pays pour une gestion durable des ressources en eau du bassin du Congo. Le bassin du Congo qui est, selon le numéro 1 Congolais, le second poumon écologique du monde, après l’Amazonie.

Dans la même lancée, le Président Alpha Condé, président en exercice de l’Union Africaine et de l’initiative africaine sur les énergies renouvelables dira que pour faire face aux changements climatiques, l’Afrique a besoin de ressources financières.

Justement, le Président Alpha Condé a pour l’occasion rappelé aux partenaires techniques et financiers leurs engagements dans le cadre du financement des projets liés au dérèglement climatique avant de parler des défis à relever dans ce sens. « L’acquisition du fonds vert pour le climat est un véritable parcours de combattant… », a rappelé le chef de l’Etat guinéen, faisant référence aux mécanismes et procédures liés au décaissement de ce fonds dont l’objectif est de financer les projets des pays dans le cadre de la lutte contre les changements climatiques.

Le professeur Alpha Condé évoquera aussi l’immigration clandestine qui fait des milliers de victimes dont une majorité sont Africains. « L’Europe s’est développée en appauvrissant l’Afrique. Il n’est donc pas normal de se débarrasser de nos enfants en demandant que nous signions leur retour en Afrique au risque de limiter les visas… ».

La journée s’est poursuivie par les négociations au sein des parties et la grande « messe » des Présidents à la tribune de la COP 23, une séance présidée par le Premier Ministre des iles Fiji, un petit Etat insulaire, le premier d’ailleurs à présider une telle rencontre.

De Bonn (Allemagne), Idiatou Camara pour Guineematin.com

AVIS & COMMUNIQUÉS

PUBLIREPORTAGE

OFFRE D'EMPLOIS