Suites à une visite à Boké des émissaires de l’Union syndicale des travailleurs de Guinée (USTG) et l’arrestation de quatre (4) membres de la cellule de communication du SLECG hier, samedi 18 novembre 2017, à Conakry, le bureau préfectoral du syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée, a invité l’ensemble des enseignants de la commune urbaine de Boké, à une rencontre de concertation à l’école primaire de Boké centre, a constaté le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

D’entrée de jeux, les responsables syndicaux ont lu devant les camarades, les correspondances et les décisions venant de Conakry. Mais, très vite, les syndiqués ont réagit en criant « Non à la manipulation ! Non à Souleymane Sy Savané ! Nous sommes derrière le Général Aboubacar Soumah, le seul qui a renoncé au bonheur personnel au profit de l’intérêt général des enseignants ».

Le secrétaire général préfectoral du SLECG, Monsieur Mohamed Doumbouya, après avoir informé le public de l’arrestation des camarades Fodé Abass Camara, Moussa Doumbouya et de deux autres responsables du SLECG, a demandé aux enseignants leurs avis par rapport à la levée ou la poursuite de la grève ; car, dit-il, il n’a rien à décider sans consulter la base.

Dans l’ensemble, le public a convenu de continuer la grève tant que les syndicalistes arrêtés ne sont pas libérés et que monsieur Aboubacar Soumah, secrétaire général adjoint du SLECG n’annonce pas lui-même la levée de la grève.

A la sortie de la salle, monsieur Doumbouya a remercié ses collègues d’avoir répondu massivement à l’appel et promet de remonter fidèlement leur avis au niveau national.

Bref, l’engagement et la détermination avec lesquels les enseignants de Boké se sont séparés ce dimanche laissent penser que les élèves de cette préfecture ne recevront pas les cours demain lundi.

A suivre !

De Boké, Mamadou Diouldé Diallo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin