Le 20 novembre de chaque année marque la journée mondiale de l’enfance. En Guinée, l’évènement a été célébré à l’Assemblée nationale par la tenue d’une session des enfants Députés sous l’égide de leur présidente, Aïssatou Fofana, étudiante en licence 1 Droit, âgée seulement de 17 ans, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

L’adolescente, très appréciée dans son rôle de présidente du Parlement, a rappelé que « c’est le 20 novembre 1989 que la Convention des Nations Unies pour l’enfance a été signée et adoptée par son Assemblée générale. Cette convention reconnait des droits à l’enfant. Elle reconnait à l’enfant comme un sujet de droit et de responsabilité qu’il peut revendiquer ». Elle a expliqué également qu’à côté de ses droits qui sont axés sur l’éducation, la protection, la santé, la nutrition entre autres, l’enfant a également des obligations.

Pour le cas guinéen, les enfants Députés ont mis l’occasion à profit pour demander à leurs homologues seniors d’une plus grande attention et de soin pour l’examen du budget accordé à l’enfance en particulier et au secteur social en général.

De son côté, le Président de l’Assemblée nationale qui a accueilli cette session-plénière, a qualifié de réussite la rencontre. « La présidente a dirigé la plénière avec beaucoup d’expertises. Et, je demande au Président de la commission économie finance de faciliter la participation du bureau des enfants Députés aux réunions de sa commission et parfois aux travaux d’inter-commissions pour les initier au travail parlementaire », a instruit Claude Kory Kondiano.

Pour sa part, Marc Dumont, le représentant résident de l’Unicef en Guinée a rappelé les quatre priorités de l’enfance guinéenne pour cette année et qui ont pour nom l’éducation, la santé, la vaccination des tous petits (de 0 à 5 ans) et la lutte contre les violences faites aux enfants. Pour cet expert onusien « les enfants doivent être préparés et considérés comme des acteurs de la société ».

Le département de l’Action sociale, de la promotion féminine et de l’enfance, qui a offert cette opportunité, en partenariat avec l’Unicef, à 114 enfants « Députés » de participer à la session parlementaire du lundi 20 novembre, a précisé dans un communiqué que « c’était l’occasion de faire directement un plaidoyer pour l’amélioration des secteurs sociaux qui affectent la vie des enfants vie et celle de leurs familles ».

La ministre de l’Action sociale, de la promotion féminine et de l’enfance, Madame Diaby Mariama Ciré Sylla a rappelé que « chaque jour, près de 16 000 enfants de moins de 5 ans meurent inutilement à travers le monde de maladies évitables et des millions manquent une chance d’aller à l’école. En Guinée, 1,5 millions d’enfants et d’adolescents âgés de 6 à 16 ans n’ont jamais été à l’école, 25% des enfants de moins de 5 ans n’ont pas été enregistrés à l’état civil en 2016 et seulement 26% des enfants âgés de moins de 5 ans ont reçu tous les vaccins requis. D’où la nécessité d’une plus grande volonté politique de l’Etat en vue d’accroître substantiellement le budget affecté aux secteurs sociaux qui sont la santé, l’éducation et l’action sociale », a indiqué la ministre.

Cette session des Députés enfants de Guinée, tenue hier, lundi 20 novembre 2017, a connu la présence de plusieurs députés seniors, de hauts cadres de l’administration parlementaires, du ministre conseiller à la présidence de la République chargé de relation avec les institutions, plusieurs diplomates, le tout sous l’égide du Président de l’Assemblée nationale, Claude Kory Kondiano. Celui-ci a assisté, parfois tout souriant, à l’occupation de son fauteuil, toute une séance par son homologue, Aïssatou Fofana, Présidente du Parlement des enfants, dont le mandat de deux ans touche à sa fin cette année.

Abdallah Baldé pour Guineematin.com

Tél : 628 08 98 45

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin