C’est un conflit de longue date, qui vient de resurgir à Kiniéro, une sous-préfecture située à 55 Km de Kouroussa. Il oppose des citoyens de la commune rurale de Kiniéro à des citoyens du district de Djirilan, relevant de la même commune rurale, a constaté sur place, Guineematin.com à travers son correspondant dans la préfecture.Le conflit qui tourne autour d’une portion de terre cultivable, a resurgi le dimanche 26 novembre 2017 quand des citoyens de Kiniéro ont décidé de déterrer des plantes sur le domaine conflictuel avant de mettre feu à la plantation d’anacardiers située dans le district de Djirilan. Un feu qui a consumé plusieurs plantes et toute la clôture dudit domaine. Ensuite, la piste rurale reliant Djirilan à kiniero a été barricadée pour empêcher les ressortissants de Djirilan d’accéder à kiniero et à la commune urbaine de Kouroussa.

Sékou Dioubaté, une des victimes, a échangé avec notre correspondant. « Pour moi, tout allait bien jusque-là. Ce jour, on a été informé que des jeunes de Kiniéro, certains munis d’armes à feu et d’autres d’armes blanches, ont attaqué notre village. Ils sont venus mettre feu à ma plantation et arracher tout sur leur passage. Immédiatement, on s’est aussi mobilisé avec l’intention de riposter pareillement. Mais, les sages de notre localité nous ont sensibilisés et déconseillés d’emprunter une telle démarche et de saisir plutôt l’autorité préfectorale. Ce qui fut fait. D’ailleurs, on a porté plainte contre eux mais jusque-là on a eu aucun retour », a-t-il expliqué.

En outre, Sékou Dioubaté menace de recourir à la légitime défense si rien n’est fait pour sanctionner les coupables.
Mamady Condé, un citoyen de Kiniero, interrogé par Guineematin.com, a été très évasif. « « C’est une affaire complexe. On verra la suite. J’en ai fini », a-t-il lancé laconiquement.

Interrogés sur le même sujet, le préfet de Kouroussa, Souleymane Keita, et le commissaire central de la police, Capitaine Tankoule Camara, ont donné une même version. Selon eux, ils ont fait appel aux deux camps après avoir été saisi de la situation. Mais, précisent-ils, Kiniéro n’a pas réagi à l’appel. Une attitude qui, selon eux, traduit un manque de respect. Ainsi, des dispositions conséquentes sont prises, ont-il confié à notre reporter.

De Kouroussa, Ibrahima Kalil Keïta pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin