La Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) a fixé la caution des élections locales du 4 février 2018. L’institution électorale a fixé pour chaque candidat de verser au trésor public 8 millions de francs guinéens, pour les communes urbaines, et trois millions de nos francs pour les communes rurales. Quant aux dépenses engagées pour les campagnes et par liste, elles sont plafonnées à six milliards de francs guinéens.

Quelques heures après cette fixation, Guineematin.com a fait réagir ce vendredi 1er décembre 2017 le chargé de l’implantation du parti de l’Union pour le Progrès et le Renouveau (UPR), en l’occurrence Mamadou Bah Beyla.

Dans sa réaction, monsieur Bah a fait dit que cette somme est exorbitante. « Ce que je peux vous dire, cette somme est très exorbitante. Mais comme le bureau exécutif de notre parti a une réunion ce soir, on va échanger là-dessus pour donner la position du parti sur cette question. Mais par rapport au niveau de vie des guinéens, je trouve vraiment cette somme exorbitante » a-t-il annoncé.

Quant à la somme liée au plafonnement de la campagne électorale à 6 milliards, monsieur Bah précise. «C’est par rapport à tout cela que le bureau exécutif du parti va se réunir pour donner la position sur cette question. Mais pour l’instant, j’avoue que je ne pourrais me prononcer que lorsque le bureau exécutif va échanger dessus et on donnera l’avis du parti. Mais ce qui reste clair le montant est exorbitant » a-t-il lancé.

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel: 654 416 922/664 413 227

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin