La grève des enseignants continue de perturber le système éducatif de la Guinée. Dans la matinée de ce lundi, 04 décembre 2017, les cours n’ont pas repris dans plusieurs écoles publiques et privées de la commune de Matoto, contrairement à l’annonce faite par les autorités gouvernementales et une partie des syndicalistes rapporte un journaliste de Guineematin.com qui a fait un tour.

Au collège Yaguine et Fodé de Yimbaya, les élèves venus en grand nombre constater l’absence de leurs enseignants ont commencé à protester. Sur place, le personnel administratif de l’école a tenté de les canaliser pour les maintenir dans les salles jusqu’aux environs de 9 heures 30’ quand la tension a commencé à monter dans les différentes salles. Aussitôt, les élèves ont commencé à siffler et à taper les portes, d’autres ont commencé à investir la cour de l’école. Et, au bout de quelques minutes, les cailloux ont commencé à pleuvoir de partout.

Très en colère, les collégiens ont jeté des pierres en direction du lycée Séddar Senghor. Et, la réponse des lycéens n’a pas tardé. Et, c’était le sauve qui peut. Egalement, le reporter de Guineematin.com qui était sur place à hâté le pas pour se mettre un peu à l’abri. Au bout de 10 minutes, le collège s’est vidé et au niveau du lycée, les cours ont été également arrêtés. Puis, le mouvement s’est dirigé vers certaines écoles privées situées sur la colline, en allant vers Cosa où ils ont réussi à faire arrêter les cours et aussi vider les écoles.

Fortement mobilisés au niveau du grand rond point de Tannerie, les agents des forces de sécurité n’ont pas opposé de résistance au passage des manifestants.

Durant leur parcours, les élèves lançaient des slogans hostiles au Président Alpha Condé et à son ministre de l’éducation, Ibrahim Kalil Konaté (K au carré) qu’ils accusent de faire sourde oreille face aux perturbations en cours qui vont hypothéquer leur avenir…

Au micro de notre reporter, certains élèves ont donné un ultimatum au gouvernement pour ramener les enseignants dans les salles. A défaut, les manifestations seront incessantes tant qu’ils ne seront pas satisfaits, ont-ils confié.

Interrogé par Guineematin.com, Mounir Condé, élève en terminales au lycée Léopord Seddar Senghor de Yimbaya dit ne pas comprendre ce qui se passe. « On ne comprend plus rien ! Depuis trois semaines, on ne fait pas cours. A chaque fois qu’on vient à l’école, on ne trouve pas les professeurs. Ils disent qu’ils sont en grève. Puisqu’ils savent que les journalistes vont venir vérifier, ils demandent aux encadreurs administratifs de s’occuper des classes. Voilà ce qui se passe dans nos classes, sinon nos professeurs ne viennent pas depuis le début de la grève. Nous demandons aux autorités de nous aider à résoudre cette crise afin qu’on reprenne nos cours ».

Pour sa part, Mamady Mara, élève au collège Yaguine et Fodé, ex lycée Yimbaya a ajouté. « Nous avons fait trois semaines sans faire de cours. On veut étudier parce que nous sommes des candidats au BEPC. Il faut que l’Etat négocie pour nous ramener nos professeurs ; sinon, nous allons continuer à manifester dans les rues pour exiger le retour de nos professeurs dans les classes. Tous les jours, si on vient, on nous demande de rester dans nos classes, alors que les professeurs ne viennent pas. On ne peut plus continuer à attendre », a-t-il lancé.

Abondant dans le même sens, Algassimou Sylla, élève en terminales au lycée Senghor, également situé dans la commune de Matoto a appelé l’Etat à prendre ses responsabilités. « Depuis plus de trois semaines on ne fait pas cours. C’est à l’Etat de prendre ses responsabilités en négociant directement avec le SLECG. Quand on n’étudie pas dans les écoles publiques, on ne va pas accepter que ceux des écoles privées aussi étudient parce que nous sommes tous des candidats aux examens. Si l’Etat ne trouve pas une solution jusqu’à demain, mardi, quand nous allons sortir, on ne s’arrêtera pas à mi-chemin », a-t-il averti.

De Yimbaya, Mamadou Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tel: 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin