Le drame s’est produit dans la localité de Fatöya, un district relevant de la sous préfecture de Kintinia, dans la préfecture de Siguiri. Selon des témoignages recueillis sur place par le correspondant local de Guineematin.com, c’est hier, vendredi 22 décembre 2017, aux environs de 17 heures que monsieur Abdoulaye Barry est rentré à la maison après la prière de 16 heures avec un malaise.

Peu après, monsieur Barry s’est rendu dans une clinique de la place dans l’espoir de trouver un remède. A son arrivée, le médecin, Michel Koïvoigui, lui a administré une perfusion qui a aggravé sa situation sanitaire. Quand le patient, Abdoulaye Barry a commencé à se plaindre davantage, Michel Koïvogui a augmenté une dose de sucre avant de prendre la poudre d’escampette. Face à cette intoxication, Abdoulaye Barry n’a pas pu supporter. Il a rendu l’âme peu après.

Âgé de 36 ans, Abdoulaye Barry est marié à 3 femmes et est père de 10 enfants vivants. Il est originaire de Sansamba, dans la sous préfecture de Marela, préfecture de Faranah. Son corps a été rapatrié ce samedi, 23 décembre 2017, à Marela pour son inhumation.

A la place du présumé coupable, Michel Koïvogui, c’est son médecin stagiaire, Balla Zoumanigui qui a été mis aux arrêts par la gendarmerie de Fatöya, en attendant son transfèrement pour Siguiri. Le sous-préfet de la localité, Aliou Guissé, continue de sensibiliser les populations en colère tout en promettant que justice sera rendue.

Il faut signaler que les drames dans les cliniques clandestines sont devenus récurrents dans la préfecture de Siguiri et dans les autres préfectures de la Guinée…

De Siguiri, Bérété Lancei Condé pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin