Depuis quelques mois, les agents de la section ‘’contrôle qualité’’ de la préfecture de Mamou livrent une bataille sans merci pour le contrôle des produits et la saisie de ceux qui sont périmés. En deux mois (Novembre et Décembre), plus de 500 kilogrammes de produits périmés, destinés à la vente ont été saisis dans les différents marchés, magasins et boutiques de la ville carrefour, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Mamou.

Cette quantité de produits impropre à la consommation vient ainsi s’ajouter à 17 tonnes de riz périmés déjà saisies par la section ‘’contrôle qualité’’ dans la préfecture de Mamou.

« Actuellement, nous avons 17 551, 611 kilogrammes de produits dont 17 tonnes de riz périmés dans notre magasin. Entre Novembre et Décembre de cette année, nos agents ont saisi et retiré du marché 551,611 kg de produits impropres à la consommation », a révélé monsieur Sékou Oumar Tall, le chef section contrôle qualité de Mamou, qui déplore par ailleurs, les conditions de conservation des produits et l’insouciance de certains commerçants vis-à-vis de la santé des consommateurs.

« Ils (les commerçants) vendent des produits dont la date de péremption est dépassé. C’est déplorable parce que ces produits sont très dangereux pour la santé », a-t-il déploré.

Au nombre des produits qui ont récemment été saisi par les agents de la section contrôle qualité, il y a des produits de grande consommation (beurre, mayonnaise, jus, boite de lait, biscuits…) et des produits (cosmétiques et pharmaceutiques) couramment utilisés par les habitants de la ville carrefour.

Selon le chef section contrôle qualité de Mamou, les opérations de contrôle des produits se poursuivent sur le terrain et ses agents seront sans pitié contre tous ceux qui vendent des produits périmés.

« Nous sommes encore sur le terrain pour le contrôle. Si on trouve même un bonbon dont la date de péremption est dépassé, nous allons saisir le produit et l’intéressé (le commerçant) chez lequel nous avons trouvé ce bonbon va payer cinq cent mille francs de pénalité. C’est clair pour tout le monde. Nous ne sommes contre personne et nous avons longtemps sensibilisé les gens. Maintenant il faut passer à l’action. Il faut qu’on applique la loi », a indiqué M. Tall.

Rappelons qu’au mois de Mars 2017, 49853 kg produits périmés dont 3304,07 kilogrammes de produit d’alimentation générale base ont été calcinés par les services de la section contrôle qualité de la préfecture de Mamou.

De Mamou, Keïta Mamadou Baïlo pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin