Le tout dernier premier ministre du régime Lansana Conté, en l’occurrence Elhadj Ahmed Tidiane Souaré, a assisté aux cérémonies de recueillement et de sacrifice organisées à Bouramaya, dans Dubréka, hier, vendredi 22 décembre 2017. A cette occasion, il a longuement rappelé les souvenirs qu’il retient du feu général Lansana Conté qu’il a longtemps côtoyé, a constaté sur place Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Evoquant dans les œuvres réalisées par l’illustre disparu, Elhadj Tidiane Souaré a dit que le feu général Lansana Conté est le père de la démocratie en Guinée. « Je dois dire que c’est la 9ème fois que nous venons nous souvenir du général Lansana Conté. Nous venons à l’occasion du Fidaou faire des prières pour le repos de son âme. Le général Conté a été président de la République pendant 24 ans. Je voudrais vous dire, je me souviens d’un grand homme et qu’il est très difficile de parler de lui, de parler de ses œuvres à l’occasion d’une interview. Nous devons tout simplement dire que le général Conté a été celui qui a permis à la Guinée d’accédé au libéralisme. C’est lui qui est le père de la démocratie en Guinée. Il est le père de tous les corollaires de la démocratie à savoir la liberté d’entreprendre, la liberté d’expression, d’investir, de circuler, de s’associer, la liberté de travailler pour son village, pour sa région et pour son pays. Général Lansana Conté c’est sont les infrastructures, la construction des routes, des ouvrages de franchissement, des ponts, des grands ouvrages, la réalisation des écoles, des centres de santé, des mosquées à travers tous le pays. Bref le général Lansana Conté a été celui-là qui a créé le cadre de développement de notre nation ».

Par ailleurs, monsieur Souaré a fait remarquer que le président Lansana Conté lui a donné l’occasion de diriger son dernier gouvernement pendant qu’il était au soir de sa vie. « Il m’a donné l’occasion de diriger son dernier gouvernement. C’était en 2008. Je dois dire que c’était une période très difficile, c’était au soir de sa vie, il était terrassé par la maladie, assailli par les problèmes de l’impatience des guinéens à changer le régime. Parce que quand un régime fait deux décennies c’est la loi humaine, on aspire au changement. Donc, tout cela était concentré au soir de sa vie et son gouvernement que j’ai eu à diriger. Mais je dois dire que je garde de l’homme une capacité d’écoute extraordinaire, une capacité managériale de haute facture, un engagement pour le pays et un courage au delà de l’ordinaire ».

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tel: 654 416 922

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin