Les nombreuses activités réalisées au compte de l’année 2017 ont dominé les débats à l’occasion d’un déjeuner de presse organisé dans un réceptif hôtelier de la place ce vendredi, 29 décembre 2017, par le ministère de la jeunesse. Entouré de ses principaux collaborateurs, Moustapha Naïté est revenu sur les acquis et faiblesses qui ont jalonné l’année qui s’achève avant de se projeter sur l’année 2018, a constaté sur place Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

C’est l’insertion socioéconomique et professionnelle des jeunes qui a été au centre de toutes les actions menées par le département de la jeunesse courant 2017, a-t-il dit. D’entrée de jeu, Moustapaha Naïté a laissé entendre que la jeunesse guinéenne est confrontée « à de nombreux défis qui limitent considérablement son épanouissement et sa participation à la vie de la nation ».

Pour faire face à cette situation, le ministre de la jeunesse estime qu’il « faut disposer de moyens adéquats. Malheureusement, le budget du département est loin des ambitions et de la vision que nous faisons tous des enjeux et des problématiques de jeunesse ». Selon monsieur Naïté, le budget alloué à son département pour l’année 2017 s’élevait à 35 milliards 71 millions 63 mille francs guinéens sur près de 13 mille 300 milliards pour l’ensemble du Budget National de Développement.

Parmi les projets et actions majeurs exécutés et ceux en cours de réalisation en 2017, le ministre Naïté en a fait une énumération « non exhaustive », à savoir « la poursuite de la prise en charge progressive des doléances issues de la consultation nationale de la jeunesse, notamment avec la création d’une structure faitière de la jeunesse; le processus de mise en place du Conseil National des Jeunes de Guinée est aujourd’hui très avancé ; le programme d’accompagnement de l’exigence sociale des adolescents et jeunes, exécutés avec l’UNICEF a permis un creuset de regroupement de plusieurs initiatives socioéducatives ; le projet DEMARRAGE a favorisé le lancement de 25 entreprises de jeunes opérationnelles à ce jour pour un coût global de plus de 6 milliards de nos francs. Avec le FONIJ (Fonds National d’Insertion de la Jeunesse), nous avons aussi lancé le Vendredi de l’Entreprenariat, une activité d’accompagnement et de sensibilisation des jeunes entrepreneurs qui se tient chaque vendredi ; une nouvelle version du centre d’apprentissage et d’incubation des métiers de la confection s’ouvrira en début d’année avec une première cohorte de 300 pensionnaires ».

En plus de cela, le ministre de la jeunesse est revenu sur les « travaux à haute intensité de main d’œuvre ». Selon Moustapha Naïté, « le projet de pavage de 500 mille mètres carrés a enregistré les résultats suivants : plus de 14 mille 652 m2 effectivement pavés sur trois axes dans la commune de Kaloum, quartiers de Téminétaye, Tombo et Sans-fil ; et, un axe dans la commune de Matoto. Les axes de Kaloum ont fait l’objet de réfection provisoire et la cérémonie de réfection provisoire de Matoto est prévue pour très prochainement ».

Dans le domaine de l’amélioration des compétences professionnelles des jeunes, poursuit-il, « le gouvernement a initié le projet dénommé Booster les Compétences des Jeunes avec une subvention de la Banque Mondiale. Ce projet a connu une avancée significative en 2017 ».

En outre, Moustapha Naïté est revenu sur la poursuite de la construction et d’équipement des maisons de jeunes. « Ce projet a été fortement handicapé par la faiblesse des ressources disponibles, même si six à huit maisons de jeunes sont aujourd’hui achevées, équipées et fonctionnelles. Le projet du palais de la jeunesse et de la culture est en bonne voie de mise en œuvre. Les études faisabilité et les études architecturales sont terminées. Le projet a fait l’objet d’examen et a été retenu parmi les projets prioritaires du gouvernement ».

Il y a également « l’achèvement de la première phase du projet de formation d’animateurs socioéducatifs pour le renforcement du cadre réglementaire du secteur de l’animation. Mon département a organisé en Mai 2017 un forum international sur l’animation socio-éducative qui a réuni 200 participants venus du secteur de l’éducation non formelle et de l’animation socioéducative de la Guinée. Il y avait les collectivités locales, les partenaires techniques et financiers, les représentants des départements ministériels invités sont venus du Sénégal, du Maroc, de la France et du Canada », a cité Moustapha Naïté.

Le ministre de la jeunesse n’a pas manqué de rappeler les efforts fournis par son département, en collaboration avec les partenaires, dans le cadre de la lutte contre l’immigration clandestine. Selon des chiffres de l’OIM (Organisation Internationale pour les Migrations) et cités par monsieur Naïté, on dénombre au moins 4 487 migrants guinéens identifiés en Libye, dont 1 676 sont bloqués dans 8 centres de détention.

Pour un budget annuel revu à la hausse, passant à 64 milliards 122 millions 339 mille francs guinéens pour l’année 2018, le ministre Naïté soutient que « nous devons continuez d’investir dans la jeunesse… Notre jeunesse a besoin de repères et de repères justes. Pour 2018, on va œuvrer pour la mis en place du Conseil National des jeunes de Guinée. Il y a aussi les initiatives présidentielles qui sont en cours, les initiatives au niveau du ministère de la jeunesse et d’autres structures de l’Etat pour l’épanouissement des jeunes puisque la question est transversale », a fait remarquer Moustapha Naïté.

Alpha Mamadou Diallo pour Guineematin.com 

Tél. : 628 17 99 17

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin