Le procureur de la République par intérim près le tribunal de première instance de Kindia a organisé hier, jeudi 28 décembre 2017, une rencontre entre les organisations de la société civile et la presse dans la salle d’audience du tribunal de première instance de Kindia. L’objectif était de restituer l’accomplissement des tâches confiées au tribunal de première instance de Kindia dans le cadre de l’exercice du projet d’appui au renforcement de la chaîne pénale, rapporte le correspondant de Guineematin.com à Kindia.

A l’occasion de cette rencontre qui a connu la mobilisation de plusieurs membres de la société civile et de la presse locale, le procureur de la République par intérim près du TPI de Kindia, Sidiki Kanté, a mis l’accent sur la spontanéité de l’information dans le cadre de leurs travaux pour que les citoyens connaissent à temps le jugement des infractions qui sont commises dans la région.

« Le tribunal de première instance de Kindia a jugé 85 dossiers criminels. Il a été donné aussi à notre tribunal de juger 120 dossiers correctionnels. Il s’agit donc de voir le niveau auquel nous nous trouvons dans le cadre de l’exécution de cette tâche parce que tout ce que nous faisons c’est en direction de la masse. Tout notre travail au niveau des officiers de la police judiciaire est axé sur le respect des règles de la procédure. Cela va en droite ligne de l’intérêt exclusif de la population. La communication organisée à l’intention des organisations de la société civile et des médias c’est pour dire que le travail qui a été attribué à la juridiction de Kindia est accompli. A ce jour, le TPI de Kindia est en très bonne position », a annoncé le procureur par intérim, Sidiki Kanté.

En guise de réaction, Ousmane Baldé a, au nom de ses collègues de la société civile et des médias salué l’initiative. « La presse, la justice et la société civile, nous travaillons tous pour nos populations. Donc, cette approche des hommes de loi vis-à-vis des citoyens de notre région nous va droit au cœur. Cela nous permet d’être en parfaite harmonie en matière d’’information vers le parquet. Il y a plusieurs choses qui se passent dans les quartiers ; mais, les citoyens ont peur de dénoncer ou de témoigner par ce qu’après, leur vie sera en danger. Mais, à partir de maintenant, on a compris comment faire avec la justice et comment la justice travaille en fonction des différentes tâches qu’ils ont », a-t-il dit.

A la fin de la rencontre, le procureur par intérim a promis à la presse et à la société civile que désormais, la population va être informée d’une manière ou d’une autre de l’évolution des tâches confiées au TPI de Kindia

De Kindia, Mamadouba Sylla pour Guineematin.com

Tél. : 623 78 43 73

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin