Le conflit domanial qui oppose l’opérateur économique, Elhadj Mamadou Bhoye Garambé Diallo au préfet de Labé, Elhadj Safioulahi Bah n’est peut-être pas aussi simple qu’on l’imaginait. Tout d’abord, la notion « réserve foncière de l’Etat » semble galvaudée dans ce dossier. Et, comble de l’injustice, l’autorité préfectorale veut déposséder à certains leurs domaines pour les attribuer à d’autres sous prétexte que ces derniers seraient proches du président Alpha Condé…

Les coutumiers de la commune rurale de Garambé, située à 10 km du chef-lieu de la préfecture de Labé avait été contactés en 2006 par le préfet d’alors, Elhadj Cheick Abdoul Gadiry Tounkara en vue de trouver un domaine pour l’ONG SOS Guinée. A l’issue de cette rencontre, une décision préfectorale portant attribution de 6 ha à SOS a été publiée, a appris un correspondant de Guineematin.com à Labé.

Lorsque le projet de Labé a été apparemment abandonné par l’ONG SOS Guinée, les coutumiers de Garambé ont voulu récupérer leur domaine. Les autorités préfectorales ont rétorqué, sans pour autant convaincre, qu’il s’agit là d’un domaine public de l’Etat. Pendant que certains villageois se battaient pour ramener l’espace en question dans le patrimoine de la communauté, ce sont des travaux de construction d’une usine appartenant à des particuliers, Elhadj Aliou Koula Diallo et Elhadj Saliou Kégnéko, qui y ont été lancés.

Ces deux grands opérateurs économiques auraient bénéficié là de la position privilégiée qu’ils entretiennent avec le président Alpha Condé.

Pour Elhadj Mamadou Bhoye Diallo, il est incompréhensible que les autorités préfectorales exproprient les citoyens de Garambé au profit des particuliers.

« A ce que je sache, il n’y a aucune installation de l’Etat dans le domaine. Je crois savoir aussi que l’usine n’appartient pas à l’Etat. Elle appartient à d’autres citoyens guinéens. Ces propriétaires de cette unité industrielle ne peuvent pas et ne doivent pas s’abriter derrière leurs amis dans les sphères de l’Etat pour nous exproprier au profit des intérêts particuliers. C’est pourquoi, je ne me retrouve pas quand le préfet dit que c’est un domaine de l’Etat alors que ce sont d’autres citoyens qui y construisent une usine privée » rumine Elhadj Bhoye Garambé Diallo.

Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin