Après le passage des voleurs qui, la semaine dernière, ont rendu une visite nocturne non souhaitée à la trésorerie préfectorale de Mali, le caissier, Djély Mory Dioubaté a déclaré, dans la matinée du vendredi, 29 décembre 2017, à la police avoir constaté la disparition de 18 millions 986 mille francs guinéens, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Ce cas de vol par effraction a été enregistré à la trésorerie préfectorale de Mali le jeudi, 28 décembre 2017, aux environs de 22 heures.

« C’est la seconde fois en 3 ans qu’on opère de la même manière et au même mois dans ce bloc financier vieux de plus d’un demi siècle et qui a besoin d’être solidement réhabilité. Le premier cas remonte en décembre 2014. En ce moment, plus de 5 millions de francs guinéens avaient été volés. Mais, plus tard, les voleurs avaient été arrêtés, jugés et l’argent remboursé » a expliqué le correspondant préfectoral de l’Agence Guinéenne de Presse (AGP) à Mali, Ibrahima Kindi Mabel.

Pour le dernier cas de vol par effraction enregistré, la semaine dernière, à la trésorerie préfectorale de Mali, le bruit des malfaiteurs dans les bureaux des finances a attiré l’attention du gardien d’une école privée située à côté. Ce dernier a alerté le contrôleur financier de passage qui, à son tour, a informé, par le téléphone, le caissier.

Rapidement, tout l’entourage s’est mobilisé devant le bloc financier : « subitement, un des voleurs a ouvert la porte principale et a fuit. Il a été pourchassé, il s’est sauvé en abandonnant son pullover derrière. Reconnu par des témoins, il a été retrouvé à son domicile par un inspecteur de police qui a réussi à mettre la main sur lui. Il trainait des blessures…» a ajouté notre source.

C’est ce prévenu qui a dénoncé ces deux autres complices. Le premier est tombé dans les filets de la police. Mais, le second s’est volatilisé dans la nature.

En attendant de voir clair dans cette affaire, le caissier, Djély Mory Dioubaté loue le bon Dieu, parce qu’en dehors du montant volé, 64 millions de francs guinéens étaient aussi dans son bureau. Cette bagatelle provenant des cautions électorales versées par les différentes listes des candidats aux prochaines élections locales dans la préfecture de Mali n’a pas été touchée par les présumés voleurs.

L’on se pose aujourd’hui la question de savoir pourquoi les autorités locales n’ont envisagé aucun dispositif de sécurité pour le bloc financier de la préfecture de Mali.

Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin