Une fille de 17 ans a été violée, le samedi, 30 décembre 2017, par quatre (4) enfants de 16 ans à Ninguélandé, commune rurale relevant de la préfecture de Pita, dans la Région Administrative (RA) de Mamou, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

Ce cas de viol sur mineur par des mineurs a été enregistré au chef-lieu de la sous-préfecture de Ninguélandé à l’occasion d’une cérémonie de mariage. Les 4 écoliers faisant tous la 6ème Année de l’école primaire ont entrainé leur camarade de classe dans une chambre où ils ont abusé d’elle à tour de rôle.

Lorsque la victime a réussi à s’échapper, elle en a parlé à sa mère qui a tout de suite la Gendarmerie.
Interrogé, le sous-préfet de la localité, Ismaël Baldé s’est contenté de confirmer au téléphone de Guineematin.com le cas de viol enregistré chez lui sans faire trop de commentaire.

« Moi aussi, je viens d’être informé par le commandant de la gendarmerie. Ce sont des enfants de 14 ans. Ils sont tous des mineurs. Il semble que l’acte a eu lieu ici depuis le samedi. La fille a été référée au centre de santé » a indiqué le sous-préfet de Ninguélandé apparemment surpris de notre appel téléphonique.

Pour sa part, le chef du Centre de Santé de Ninguélandé, Jean Bosco a tenté de banaliser l’affaire : « ce n’est pas un cas de viol. C’est la violence. Il n’y a rien de grave, parce qu’elle est habituée. Le seul problème est que les gens se sont jetés sur elle sans son consentement » croit convaincre l’agent de santé.

Ces deux interlocuteurs n’étaient pas du tout à l’aise dans les différents entretiens téléphoniques qu’ils ont eus avec votre quotidien en ligne Guineematin.com dans l’après-midi d’hier mardi, 2 janvier 2018.

« Si vous n’appelez pas maintenant, le sous-préfet va lever tout de suite la séance. Ils veulent régler cette affaire à l’amiable. Il semble que les parents des présumés auteurs ont de l’argent » avait indiqué un observateur de Guineematin.com dans la sous-préfecture de Ninguélandé.

Aux dernières nouvelles, suite à notre appel téléphonique, la Compagnie Territoriale de la Gendarmerie de Pita a été saisie de l’affaire.

Les présumés violeurs pourraient être transférés à Pita ce mercredi, 3 janvier 2018, a confié à Guineematin.com une source généralement bien informée.

Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin