Le procès tant attendu du lieutenant-colonel Issa Camara et 23 autres personnes dont 3 civils a démarré ce lundi, 15 janvier 2018, dans la salle des audiences du Tribunal de Première Instance (TPI) de Labé, abritant le Tribunal Militaire à Formation, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

La cérémonie d’ouverture de cette première audience du Tribunal Militaire à Formation Spéciale de Labé s’est déroulée en présence du gouverneur de région, Sadou Keïta entouré du préfet Safioulahi Bah et du président de la délégation spéciale de la commune urbaine, Elhadj Mamadou Cellou Daka Diallo. On notait aussi la présence de l’Avocat Général près la Cour d’Appel de Conakry, Moundjour Chérif.

Il est revenu au procureur militaire, Commandant Sékou Damaro Camara de prendre le premier la parole pour ses réquisitions. « Le Procureur Général près la Cour d’Appel de Conakry a, en réponse à mes demandes, communiqué 2 dossier à mon parquet qui sont : ministère public contre Sergent Alpha Yaya Bangoura, Caporal Chef Alfred Matos Haba, Caporal Chef Bakary Béavogui pour coups et blessures volontaires ayant entrainé la mort sans intention de la donner sur la personne de feu Adjudant Mamadou Baïlo Diallo » a-t-il indiqué.

Il y aussi le cas du Sergent Saïbou Traoré poursuivi pour le meurtre du regretté Ibrahima Diallo.

Le dossier phare de cette première audience du Tribunal Militaire à Formation Spéciale de Labé porte sur le cas du ministère public contre lieutenant-colonel Issa Camara, 20 autres hommes en uniforme et 3 civils.

« Un évènement malheureux et inattendu surgit entre les paisibles populations de Mali et les militaires du Bataillon d’Infanterie de la même ville. (…) Une information judiciaire a été ouverte à l’encontre de tous les militaires et autres personnes impliqués dans cette affaire. L’instruction menée par un pool de juges s’est soldée par un non lieu partiel en faveur de certains militaires inculpés puis le renvoie de 21 autres militaires et 3 civils tous reprochés des chefs de pillage, d’incitation à commettre des actes contraires au devoir et à la discipline, de révolte, de refus d’obéissance, de violences voies de faits, outrage envers les supérieurs, destruction d’objets mobiliers, de vols, de menaces, de coups et blessures volontaires, d’injures, de destruction et dégradation d’édifices privés, d’incendies volontaires, de recèles et de dommages aux animaux » a précisé le procureur militaire, Commandant Sékou Damaro Camara.

Ces faits sont prévus et punis par les dispositions des articles 223, 228, 239, 243 et 246 du code de justice militaire ainsi que le code pénal guinéen en ses articles 273, 284, 285, 282, 239, 510, 527, 523, 514 et suivants.

Cette cérémonie solennelle a été aussi une occasion pour le président du Tribunal de Première Instance (TPI) de Labé, Koly Kémo Camara de rassurer les différentes parties à ce procès de l’engagement du Tribunal Militaire à Formation Spéciale de Labé à faire triompher le droit et la loi dans ces dossiers.

« Ce Tribunal Militaire à Formation Spéciale de Labé que j’ai le privilège de présider, composé de magistrats, accesseurs civils et militaires, vous donne l’assurance qu’il ne sera guidé que l’autorité de la loi » s’est-il engagé.

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin