Après la cassation de leur condamnation en première instance par la Cour Suprême, les accusés de l’affaire dite « attaque du domicile privé du président Alpha Condé, le 19 juillet 2011 », le Commandant Alpha Oumar Boffa Diallo (AOB), madame Fatou Badiar et Jean Guilavogui sont devant le juge Mangadouba Sow, au tribunal de première instance de Dixinn. Mais, au lieu des débats sur le fond, c’est à des discussions houleuses qu’on a assistées ce mardi, 16 janvier 2018, rapporte un journaliste de Guineematin.com qui est sur place.

Dès l’ouverture du procès, c’est la partie civile, représentée par Maitre Lamine Kamano, qui a introduit une  » requête aux fins d’interprétation et de rectification » de l’arrêt rendu par la Cour Suprême. Le procureur Sidy Souleymane Ndiaye a appuyé cette demande, qui vise à casser partiellement l’arrêt de la Cour Suprême.

Une situation contre laquelle s’est érigée la défense qui estime que la loi ne le prévoit pas.

Commandant Alpha Oumar Boffa Diallo (AOB)Les avocats en ont profité pour demander la mise en liberté des 3 accusés dans ce dossier surtout que madame Fatou Badiar est malade, selon un document médical fourni au Tribunal. Le médecin de l’infirmerie aurait mentionné dans le document que la dame mérite un traitement dans un centre hospitalier pluridisciplinaire en lieu et place de l’infirmerie de la maison centrale.

En ce moment (15h 20) le juge Mangadouba Sow s’est retiré avec ses assesseurs pour statuer sur les deux requêtes.

Pour rappel, les 3 sont poursuivis pour association de malfaiteurs, tentative d’assassinat, destruction d’édifices privés et mobiliers, attentat à la sûreté de l’Etat, détention illégale d’armes de guerre, détention et consommation de chanvre indien.

Alpha Mamadou Diallo depuis le TPI de Dixinn pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin