La campagne électorale démarre avec une allure aussi agitée qu’inquiétante dans la ville de Siguiri. Après le problème survenu entre le RPG et le candidat indépendant Dr Moussa Oriya Kéita, c’est désormais l’UFR qui accuse le parti au pouvoir d’avoir attaqué ses banderoles affichées dans la ville. Le parti de Sidya Touré a décidé de porter plainte contre le directoire de campagne du RPG à Siguiri, a appris le correspondant de Guineematin.com dans la préfecture.

Deux jours, deux plaintes contre le directoire de campagne du RPG à Siguiri. C’est d’abord Dr Moussa Oriya Kéita, dissident du RPG et candidat indépendant à la mairie de Siguiri, qui a saisi la justice contre les responsables du parti au pouvoir, qu’il accuse d’avoir attaqué ses banderoles et autres affiches de campagne. Peu après lui, l’Union des Forces Républicaines a porté plainte contre les mêmes personnes et pour les mêmes motifs. Baba Fofana le coordinateur préfectoral du l’UFR, accuse le directoire de campagne du RPG de provocation et violence.

« Le RPG doit mettre de d’eau dans son vin, je suis déçu de l’attitude du directoire de campagne du RPG Arc-en-ciel de Siguiri. Ils viennent jusqu’au siège de mon parti pour détacher mes banderoles, l’autorité doit prendre des dispositions pour éviter un affrontement entre les candidats. Le RPG ne va jamais changer son attitude violente dans ce pays. Aujourd’hui j’ai déposé ma plainte contre le directoire du parti particulièrement contre la personne d’Abou könöni Traoré qui est l’instigateur de la violence. Il faut qu’ils viennent remettre mes banderoles sur place dans les 24 heures, sinon nous allons démasquer le RPG », a prévenu le responsable de l’UFR.

Mais le principal accusé dans cette affaire rejette en bloc ces accusations. Même s’il reconnaît que les jeunes qui sont allés s’en prendre aux effigies de leurs adversaires sont issus de son camp, Abou könöni Traoré assure qu’il n’est pas responsable de ces actes : « Je suis accusé à tort, j’étais dans le groupe mais personnellement, je n’ai pas touché à une banderole ni à une autre affiche d’un parti. Je sais que les jeunes qui l’ont fait étaient avec moi, mais honnêtement je ne connais personne d’entre eux. On m’accuse parce que je suis détesté », a réagi le principal accusé dans cette affaire.

Pour l’heure, rien n’a filtré sur la suite donnée par la justice aux deux plaintes visant le directoire de campagne du RPG à Siguiri.

De Siguiri, Bérété Lancei Condé pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin