La Fondation internationale Thierno et Mariam (FITIMA) a lancé ce mardi 23 janvier 2018 à Conakry, un atelier de sensibilisation et de plaidoyer sur la protection des personnes en situation de handicap. Plusieurs autorités et des acteurs clés concernés par la question, prennent part à la rencontre, a constaté Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Hawa Dramé, fondatrice de l’ONG FITIMA

C’est dans le cadre de son projet de lutte contre l’exclusion et la marginalisation des personnes en situation de handicap, que l’ONG FITIMA en collaboration avec OSIWA Guinée, a organisé cet atelier de deux jours. L’objectif de ces travaux est d’abord d’amener les autorités concernées par la question et les partenaires qui œuvrent dans le domaine, à comprendre les droits des personnes en situation de handicap, en vue de les amener à mieux agir sur le terrain.

« Nous nous sommes rendu compte que s’il y’a un problème de marginalisation des personnes en situation de handicap dans notre pays, c’est parce qu’en partie, les acteurs même qui sont là pour s’occuper de ce problème ne connaissent pas les droits et les devoirs de ces personnes handicapées, ils ne connaissent pas les textes et les conventions signés par le pays. Donc, nous espérons qu’à la sortie de cet atelier, les acteurs ici présents, seront informés de la problématique de ces personnes en situation de handicap et qu’ils vont surtout les accompagner dans des projets bancables », a indiqué Hawa Dramé, la fondatrice de l’ONG FITIMA.

Bernard Tamba Tinguiano, président de l’association Wakkilarè

Cette initiative de la fondation internationale Thierno et Mariam, est vivement saluée par les personnes en situation de handicap. Car, selon Bernard Tamba Tinguiano, président de l’association Wakkilarè, les personnes handicapées sont marginalisées en Guinée. « Nous sommes marginalisés dans ce pays. J’ai fait des remarques dans les lieux publics comme dans les hôpitaux, nous n’avons pas accès à ces lieux comme les autres personnes normales », a déploré Bernard Tinguiano.

Le président de l’association Wakkilarè qui regroupe des personnes handicapées promet qu’à l’issue de cette rencontre, il va prouver de quoi les personnes en situation de handicap sont capables, à travers le projet qu’il va monter. Il a invité les autres qui sont dans la même situation que lui à en faire autant, pour prouver que le handicap n’est pas une fatalité et que les personnes handicapées sont capables de faire ce que font les personnes normales.

Aissatou Sadio Bah pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin