Chérif Abdallah, président du GOHA

Comme annoncé dans nos précédentes publications, la journée de ce lundi 22 janvier 2018 marque le 12ème anniversaire du mouvement syndical de 2006-2007. Comme tout autre mouvement de grève, ces évènements douloureux qui avaient contraint le feu Président Lansana Conté à engager des réformes et de désigner Lansana Kouyaté comme Premier ministre avait fait assez de victimes dans les rangs des opérateurs économiques. Malgré les engagements pris à l’époque par les autorités et le mouvement social, meneur de la grève, aucun opérateur économique n’a été encore dédommagé.

Joint au téléphone par Guineematin.com, le président du Groupe Organisé des Hommes d’Affaires (GOHA), Chérif Mohamed Abdallah, s’est dit très déçu, surtout du mouvement syndical qui avait appelé à la grève, en sollicitant l’appui des opérateurs économiques pour faire plier le Général Lansana Conté, ancien chef de l’Etat.

« Je suis très dessus du syndicat guinéen qui avait déclenché cette grève en 2007. Lors de cette grève, il y a eu 418 opérateurs économiques qui avaient été victimes de pillages avec près de 25 milliards de francs guinéens perdus à l’époque. Si on évalue cette perte aujourd’hui, on aura un montant avoisinant les 75 milliards de francs», a-t-il expliqué.

A en croire le président du GOHA, les principaux meneurs de la grève de l’époque, à savoir Hadja Rabiatou Sérah Diallo et feu Docteur Ibrahima Fofana, avaient pris l’engagement par écrit d’appuyer les opérateurs économiques pour leur dédommagement. « Jusqu’à présent, aucun soutien de la part du mouvement social. Le GOHA est très étonné de ce silence parce que le syndicat n’a fait aucune action allant dans le sens du soutien aux victimes de ces pillages économiques. Nous avions pensé qu’avec le soutien que le GOHA avait apporté à cette grève, les syndicalistes allaient nous rendre l’ascenseur ; mais, rien n’a été fait depuis. Nous détenons copie de l’engament pris par les deux principaux leaders syndicaux de l’époque, Hadja Rabiatou Sérah Diallo et feu Docteur Ibrahima Fofana. Non seulement rien n’a été fait ; mais, le syndicat n’a jamais fait allusion à ce dossier depuis, alors que tout le monde sait qu’après les évènements, tous les syndicalistes s’étaient transportés au siège du GOHA pour faire des déclarations et nous remettre la copie de cet engagement », a insisté Chérif Mohamed Abdallah.

Enfin, le président du GOHA a annoncé que désormais, toute action qui sera déclenchée par rapport à une grève, si sa structure n’est pas consultée, aucun opérateur économique ne soutiendra.

Alpha Assia Baldé pour Guineematin.com

Tél : 622 68 00 41

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin