La Cellule Balai Citoyen de Guinée a rendu public le rapport définitif de son projet d’appui à la mobilisation citoyenne, pour le suivi des politiques générales des marchés publics des services de santé et d’éducation. C’était à l’occasion d’une conférence de presse animée ce mardi 23 janvier 2018, a constaté un reporter de Guineematin.com qui était sur place.

Financé par la fondation OSIWA-Guinée à hauteur de 17 000 dollars (environ 155 millions de francs guinéens), ce projet a été exécuté pendant 4 mois, et a touché les cinq communes de la capitale. Il avait pour objectif global de promouvoir la participation citoyenne dans le suivi de l’action publique des services de santé et de l’éducation.

Dans sa communication, Sékou Koundouno, coordinateur de la Cellule Balai Citoyen, a dit que ce rapport décrit les faiblesses, les forces et propose aussi des solutions aux gouvernants afin que les différentes politiques publiques puissent répondre aux besoins des populations. Aussi, pour que les différents marchés publics puissent répondre aux normes et à la qualité exigées par l’Etat et les populations à la base. « Ce projet a été financé à hauteur de 17 000 dollars. Avec cet argent, nous avons acheté des téléphones Smartphones, des Dictaphones et chaque comité a reçu 200 dollars. En terme de renforcement des capacités, des ateliers ont été organisés et chaque participant a reçu à hauteur de 50 dollars. En clair, je voudrais dire que c’est un projet de bonne gouvernance, donc les bonnes pratiques dans son exécution sont exigées. Ce qui est à saluer dans ce projet, c’est qu’il y a eu une méthodologie en terme d’identification, de sélection, de travail afin que nous puissions produire ces résultats. Ce sont les antennes communales qui l’ont fait, nous allons l’étendre dans les autres antennes des autres villes. Déjà nous allons mettre en place dès le 05 février prochain un numéro vert, le 130, pour le contrôle citoyen », a annoncé Sékou Koundouno.

Parlant des activités réalisées sur le terrain par sa structure durant les quatre mois du projet, monsieur Koundouno a indiqué que des structures de santé ont été visitées, de même que des institutions d’enseignement professionnel, technique et supérieur : « Nous avons rencontré les directeurs régionaux de l’éducation et de la santé, pour les questionner sur les montants qu’ils reçoivent comme budget, comment il est géré ? Quel est le volet investissement ? Les marchés publics existants ? Nous avons visualisé, mais le constat globalement est alarmant. Parce que, entre le besoin que posent les populations à la base et les services rendus par l’administration publique, il y a une discordance qui s’impose. Donc, nous demandons aux pouvoirs publics de faire preuve de cohérence, d’adéquation entre les politiques sectorielles et le besoin qui se pose, et faire en sorte qu’il y est de la transparence au niveau du budget, qu’il y ait la transparence dans la passation des marchés publics, afin que les ayant-droit puissent bénéficier de toutes les informations requises pour qu’ils se retrouvent à la fois dans une démocratie participative et inclusive », a recommandé le coordinateur de la cellule Balai citoyen de Guinée.

De son côté Mamadou Djan Diallo, chargé des programmes à OSIWA-Guinée, a rappelé à cette occasion, que le modèle de financement de son institution s’appuie beaucoup sur le citoyen. Pour lui, rien ne peut ouvrir les sociétés que le partage de l’information. C’est conscient donc de cet enjeu dit-il, que son institution a financé ce projet : « On pense que si les citoyens sont informés, ils seront en même de prendre les meilleures décisions concernant leurs vies. Ce projet vise à responsabiliser les citoyens, comme étant les garants de la bonne gestion. C’est pour leur donner les informations nécessaires pour qu’ils puissent demander des comptes à ceux qui sont chargés de gérer les biens publics. Je ne peux pas dire que les objectifs de ce projet ont été atteints, mais nous sommes sur une bonne lancée », a-t-il fait remarquer.

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tel. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin