Depuis quelques semaines, nous constatons une rareté du poisson dans les marchés de Conakry. Ce qui du coup, a entraîné une hausse du prix de cette denrée. Hier, mardi 30 janvier 2018, Guinneematin.com a envoyé un de ses reporters au port de Boulbinet pour se renseigner sur les raisons de cette situation qui impacte sérieusement le panier de la ménagère.

Selon Touré communément appelé Mangé Dounké, pêcheur de son état, cela est lié d’une part, à un certain nombre de difficultés rencontrées par les pêcheurs dans leurs activités : « Pour moi, le poisson est cher parce que nous rencontrons beaucoup de difficultés ici. Non seulement le prix d’essence est chère, en plus nous travaillons dur. Pour que nous ayons beaucoup de poissons, certains font 5 jours dans la mer, d’autres une semaine. À cela s’ajoutent les dépenses, car certains dépensent 8 millions de francs et d’autres jusqu’à 12 millions, et des fois on peut rester tout ce temps sans avoir assez de poissons. Dans ce cas nous revendons par kilogramme. Ensuite, le problème de filets se pose parce qu’ils ne durent que trois mois, mais aussi quand il y a trop le vent on ne peut pas pêcher parce qu’on ne verra pas les poissons», explique-t-il.

Poursuivant, le pêcheur est revenu aussi sur les prix du poisson dans le Port de Boulbinet : «Certains vendent le kilo à 20 mille, d’autres 19 mille, y’a pour 12 mille aussi et les petits poissons on les vend par casier, ça aussi les prix varient entre 50 mille et 100 mille francs le casier», a-t-il énuméré.

Pendant ce temps, des plaintes se font entendre sur les marchés de la capitale par rapport à cette rareté du poisson, qui a causé une nette hausse de son prix. Car, comme on le dit souvent, « tout ce qui est rare est cher ».

Ramatoulaye Diallo pour Guinneematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin