La grève appelée par le syndicaliste Aboubacar Soumah qui se réclame désormais comme étant le nouveau secrétaire général du SLECG devrait être lancée aujourd’hui, lundi 12 février 2018, sur l’ensemble du territoire national. Depuis l’annonce de ce mot d’ordre de grève, les autorités du pays s’activent pour éviter une nouvelle crise au sein du secteur éducatif guinéen. A cet effet, la DPE de Fria privilégie la sensibilisation pour amener les enseignants à ne pas bouder les classes, a appris Guineematin.com auprès de la directrice préfectorale de l’éducation.

Le gouvernement guinéen par le biais des ministères de l’éducation et du travail a déjà annoncé que la grève appelée par Aboubacar Soumah est illégale, parce que le syndicaliste est exclu du SLECG. Tout enseignant qui suivra donc son mot d’ordre de grève sera radié de la fonction de la fonction publique, selon les autorités du pays. Mais la directrice préfectorale de l’éducation de Fria elle, préfère éviter les menaces à pareille circonstance.

Selon Madame Traoré Harabè Condé, il faut plutôt passer par la sensibilisation pour amener les enseignants à de meilleurs sentiments : « Moi, je ne sais pas si les enseignants sont menacés, je ne connais pas ça. Ici, moi je sensibilise tout le monde en tant qu’enseignante, en tant que mère de famille. Les parents d’élèves, les confessions religieuses et les coordinations régionales, plus la radio communautaire, tout le monde est mis à contribution dans cette sensibilisation pour éviter la perturbation des cours à Fria, pour qu’on ait pitié de ces enfants, parce que ce sont nos enfants avant tout, et nous sommes payés pour la formation et l’éducation de ces enfants », a indiqué la DPE.

Et au cas où certains enseignants suivraient le mot d’ordre de grève lancé par Aboubacar Soumah, quelle sera l’attitude de la DPE de Fria ? Harabè Condé parle encore de sensibilisation : « Au cas où un enseignant s’absenterait, nous continuerons la sensibilisation, parce que le Président de la République n’a jamais voulu couper le salaire d’un enseignant, parce qu’il n’est pas parti en classe ou bien il est en grève. Donc, la sensibilisation va se poursuivre à notre niveau pour qu’on mette réellement les intérêts des enfants en avant tout », a-t-elle dit.

La directrice préfectorale de l’éducation de Fria reconnaît que les cours avaient été perturbés par endroits dans la préfecture, lors de la grève de Novembre-Décembre dernier. Mais cette fois, elle se montre confiante : « Inchallah nous allons maîtriser la situation parce que moi la seule chose que je privilégie, c’est l’intérêt supérieur des enfants », assure Madame Traoré Harabè Condé.

Pour l’instant, indique la DPE de Fria, « le secteur éducatif se porte très bien à Fria, le deuxième trimestre a bien commencé, les cadres de la DPE sont déployés chaque matin dans les écoles. Ils vont assister à la montée des couleurs et s’assurer qu’il n’y a pas de problèmes. S’il y a des problèmes, ils les remontent, on se retrouve pour prendre des dispositions idoines. Moi-même je fais la supervision, je suis dans une école chaque matin avant de venir au bureau. Pour le moment, on n’a pas de problèmes particuliers et on peut s’estimer heureux à Fria ».

De retour de Fria, Alpha Fafaya Diallo pour Guineematin.com

Tel. 628124362

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin