Les audiences criminelles se poursuivent au Tribunal de Première Instance de Mafanco. Karamba Diaby, chauffeur de profession, et 8 autres accusés, ont comparu ce vendredi 23 février 2018 devant le tribunal de première instance de Mafanco.

Ce groupe est accusé d’avoir braqué la boutique appartenant à Elhadj Sekou Fanta Mady Koita, au mois de mars 2017, au marché de Madina, dans la commune de Matam. Les assaillants avaient réussi à emporter la somme de 2 milliards 264 millions de francs guinéens et plusieurs objets de valeurs, a appris sur place Guineematin.com, à travers un de ses reporters.

Interpellés et placés sous mandat de dépôt depuis le 13 mars 2017, les accusés ont été entendus ce vendredi par le tribunal criminel de Mafanco.

Après avoir décliné leur identité devant le juge, Ibrahima Sory 2 Tounkara, ils ont tous nié les faits qu’on leur reproche. « Non on ne reconnait pas les faits », ont-ils lancé à la barre.

Expliquant le scénario de cette attaque, l’accusé Karamba Diaby a cependant fait comprendre au tribunal que c’est le nommé Ibrahima Diallo, dit ‘’Koto’’, qui l’a invité un jour à Coléah où ils ont veillé jusqu’à 5 heures du matin. « C’est ainsi qu’Aboubacar Sylla est venu nous trouver dans un véhicule Pick-up. Aboubacar nous a indiqué les lieux et nous sommes allé à Madina au nombre de 4 personnes. Arrivé sur les lieux, on a trouvé d’autres qui nous attendaient. Trois parmi eux détenaient des armes. Ils ont fait sortir des cartons, une valise, et beaucoup d’autres objets de valeurs », a-t-il expliqué à la barre.

Poursuivant sa narration, Karamba Diaby dira que lorsqu’ils ont fini l’opération, ils se sont tous dirigés à la cimenterie au domicile d’Ibrahima Sory Diallo où ils ont procédé au partage du butin. « Après le partage, ils m’ont remis 150 millions. J’ai acheté un véhicule et une moto. J’ai confié 11 millions quelque part et le reste j’ai dépensé dans les hôtels », a-t-il ajouté.

A rappeler que, parmi les 9 accusés, Karamba Diaby a été le seul d’abord à s’être expliqué largement sur ce dossier. La version des autres accusés est attendue dans les prochaines audiences.

L’affaire a été renvoyée au 2 mars 2018 pour la suite des débats.

Saidou Hady Diallo pour Guineematin.com

Tél. : 664 413 227/654 416 922

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin