Le RPG Arc-en-ciel a tenu son assemblée générale hebdomadaire ce samedi 24 février 2018 à son siège à Gbessia, dans la commune de Matoto. La séance a été présidée par M’Bany Sangaré, membre du bureau politique national du parti au pouvoir. Les débats ont porté sur les résultats des élections locales du 04 février dernier, les manifestations projetées par l’opposition républicaine et la restructuration du parti, a constaté Guineematin à travers un de ses reporters.

À l’entame de son discours, Lansana Komara, secrétaire administratif du RPG Arc-en-ciel a rappelé le caractère complexe des élections locales, car dit-il, cette élection est basée sur la proportionnelle. C’est-à-dire que chaque parti capable de mobiliser des militants peut avoir un siège. Selon lui, malgré la complexité des élections communales et l’abstention des militants, sa formation politique a récolté un bon score. « En termes de voix obtenues, sur un peu plus de 2.990.000 suffrages exprimés, le RPG seul a obtenu plus de 1 million 300. Si nous revenons en termes de sièges obtenus après tout calcul à la proportionnelle, sur 7 012 sièges en tout, le RPG Arc-en-ciel a obtenu près de 3 400 sièges. Ce qui avoisine déjà les 55% », a-t-il expliqué.

Sanoussy Bantama Sow, ministre des Sports, de la Culture et du patrimoine historique, s’est exprimé sur les manifestations projetées par l’opposition républicaine. « Toutes les marches qui ont eu lieu ici c’est de demander à ce que le pouvoir organise les élections communales. Et aujourd’hui, nous sommes sortis de ces élections. Alors, je me pose la question de savoir, ils se battent pour la construction d’une Guinée unie et prospère ou ils se battent pour des intérêts égoïstes et personnels ? Si c’est des démocrates, ils doivent accepter le verdict des urnes », soutient Bantama Sow.

Dénonçant le bourrage des urnes à Mamou, le ministre Bantama Sow a critiqué ce qu’il appelle l’intimidation des militants du RPG arc en ciel.

Ensuite, Bantama Sow s’en est pris aux journalistes. « Je lance un appel à la presse. Et la presse et les hommes politiques, nous sommes en train de faire l’histoire de ce pays. Demain, chacun sera jugé en fonction de ce qu’il a fait pour ce pays. Au lieu de faire des débats inutiles dans les médias, allez sur le terrain, faites des enquêtes, confrontez les informations. Mais, rester à Conakry juste avec un SMS ou les on-dit….. Par ce que les on-dit dominent les débats, mais l’histoire regarde chacun de nous. Un gendarme a été tué ici. Est ce y’a eu débat autour de ça ? Kalinko, même des enfants calcinés, est-ce qu’il y’a eu débat autour de ça ? Je demande aux journalistes d’aller sur le terrain, rencontrer les paisibles citoyens qui sont victimes », a suggéré ce bras droit du président Alpha Condé.

De son côté, M’Bany Sangaré a dit qu’une commission travaille sur la restructuration du parti.

Une façon de se préparer pour les prochaines échéances électorales.

Siba Guilavogui pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin