L’opposition républicaine, réunie au grand complet ce mercredi 28 février 2018, a ténue une réunion au QG de l’UFDG. La démarche des opposants visait à échanger sur l’actualité sociopolitique de notre pays. Ils annoncent deux marches ; une funèbre et, une autre blanche, a constaté sur place Guineematin.com à travers un de ses reporters.

Après une réunion de plus de trois (3) heures d’horloge, c’est Alhousseny Makanera Kaké qui a parlé au nom de ses pairs. Dans son compte-rendu, l’ancien ministre de la communication du président Alpha Condé est d’abord revenu sur l’attaque du domicile de la 2ème épouse de Cellou Dalein à Nongo par des inconnus. Pour lui, cette attaque « prouve aujourd’hui que chacun de nous est dans une situation d’insécurité totale. A cette occasion, l’opposition réunie en réunion extraordinaire au QG de l’UFDG, a marqué son soutien au président Elhadj Cellou Dalein Diallo… »

Par ailleurs, Alhousseny Makanera Kaké ajoute que l’opposition a pris « acte de la décision de la CENI, et la volonté des autorités à faire en sorte que les irrégularités qui ont été commises lors de la centralisation, soient corrigées. Et, elle demande que la présentation des preuves et des pièces à convictions de ces irrégularités se fassent devant les représentants issus de la communauté internationale et de la société civile. Mais avant tout cela, elle voudrait que le cadre de concertation soit préalablement défini par le chef de file de l’opposition d’une part et président de la CENI d’autre part ».

En outre, Alhousseny Makanera Kaké a fustigé la mort par balles des militants et sympathisants de l’opposition à l’occasion des différentes manifestations organisées en Guinée.

Très en colère, monsieur Kaké a fustigé le fait que les forces de sécurité se rendent « coupable de l’assassinat de 90 personnes, ne serait-ce qu’à Conakry seulement. Et, aucun de ces jeunes n’a eu droit à une justice. Et vous voyez, lors de la journée ville-morte qui a connu un succès, tout le monde était content. En fin de journée, comme c’est leurs habitudes, comme si tu terrorises, tu tues, tu violentes quelqu’un qui est censé être de l’opposition, l’impunité t’est garantie. C’est pourquoi, nous avons décidé que la journée du lundi 05 mars soit une journée de recueillement et de l’enterrement de ce jeune qui a été fauché. Le cortège quittera Ignace Deen, jusqu’à Bambeto où nous allons assister à la prière sur le corps et il sera enterré au périmètre qui est réservé aux victimes, aux martyrs pour l’instauration de la démocratie dans notre pays. (…) Le mercredi, les femmes, les mamans, les sœurs de ces victimes ont décidé d’organiser une marche blanche, pour exiger la justice pour tous ces morts, car trop c’est trop ».

Ibrahima Sory Diallo pour Guineematin.com

Tél. : (00224) 621 09 08 18

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin