Le procès initié par l’opérateur économique, Elhadj Mamadou Bhoye DIALLO contre le préfet de Labé, Elhadj Safioulahi Bah qui devait se tenir ce mercredi, 28 février 2018, au Tribunal de Première Instance (TPI) n’aura pas lieu, suite à une demande de renvoie à deux semaines formulée par la partie civile pour donner une chance à la médiation du gouverneur de région, Sadou Keïta, rapporte un correspondant de Guineematin.com en Moyenne Guinée.

C’est au moment où chacune des parties au procès pensait tenir le bon bout de la procédure que le gouverneur de la Région Administrative (RA) de Labé, Sadou Keïta a proposé sa médiation pour tenter de rapprocher les positions divergentes dans un cadre strictement social et familiale.

En prenant cette initiative sur lui le gouverneur de Labé a voulu éviter des surprises préjudiciables à toutes les parties en conflit devant le Tribunal de Première Instance, quand on sait qu’un mauvais arrangement vaut mieux qu’un bon jugement.

Son atout est que sa médiation est acceptée par le plaignant, Elhadj Mamadou Bhoye DIALLO et l’accusé, Elhadj Safioulahi Bah qui ne sont pas demandeurs. Et, selon certaines sources proches du dossier, les engagements pris le lundi, 26 février 2018, devant des hommes de confiance du plaignant, Elhadj Mamadou Mamadou Bhoye DIALLO ont été déterminant pour la demande de renvoie à deux semaines formulée par la partie civile à travers son avocat, Maître Amadou Kourouma.

Il aurait rassuré détenir des pistes de solution urgente pouvant donner entière satisfaction au plaignant et à l’accusé à la fois.

Rappelons que l’opérateur économique Elhadj Mamadou Bhoye DIALLO a porté plainte contre le préfet de Labé, Elhadj Safioulahi Bah pour abus d’autorité. Dans ce dossier, le préfet Elhadj Safioulahi Bah est accusé d’avoir ordonné l’arrestation et la détention du plaignant, Elhadj Mamadou Bhoye DIALLO à l’Escadron Mobile N°8 de la Gendarmerie, suite à un conflit domanial entre des propriétaires coutumiers de Garambé, collectivité rurale située à 10 km au Sud du chef-lieu de la préfecture de Labé et les autorités préfectorales.

Il est aussi à signaler qu’en sa qualité d’ancien avocat populaire, le gouverneur Sadou Keïta semble avoir vu juste pour sa démarche, parce qu’il connait plus que les deux parties au procès les pièges et surprises de toutes procédures judiciaires, surtout que chacun pense tenir le bon bout.

A suivre !

De Labé, Idrissa Sampiring DIALLO pour Guineematin.com

Facebook Comments

Commentaires

Guineematin